mercredi 26 juin 2013

L'apparence de la chair de Gilles Caillot


Pour le capitaine de police Sylvie Branetti, la vie s'est arrêtée il y a quinze ans, lorsque le tueur qu'elle poursuivait a enlevé sa fille Lila avant de disparaître.

Après un passage obligé en hôpital psychiatrique et des séances régulières de psychothérapie et d'hypnose, elle se raccroche à un seul objectif: savoir ce qui est arrivé à Lila. 


La découverte d'un cadavre mutilé, arborant la même signature que celle du monstre qu'elle a croisé par le passé, la propulse à nouveau dans l'horreur. Mais elle a cette fois une espérance: connaître enfin la vérité.

Accompagnée de Paul Bénito, son ancien amant, elle veut suivre avec acharnement les traces laissées par le bourreau et mène une enquête aux confins de la réalité, un parcours peuplé de rêves étranges qui la submergent de plus en plus. Où cela pourra-t-il finir? Et si tout n'était qu'apparence? 

Bienvenue dans le chaos. 



MON AVIS:



GROS GROS COUP DE COEUR !



J'ai acheté l'ouvrage auprès de Mr Caillot en personne lors des derniers Quais du Polar:
Je lui avais demandé ce qu'il avait de plus "hard", il m'a de suite orientée vers L'apparence de la chair ainsi que Lignes de sang (pas encore lu).

J'avais également remarqué la bande rouge au bas du livre:
"Bluffant !" Franck Thilliez
Alors si Mr Thilliez en personne était tombé à la renverse, c'était pour moi un gage de qualité !
D'autant que je connaissais déjà le talent de Gilles Caillot, avec son 1er roman:
 A l'époque, j'avais déjà fait sa connaissance sur le même lieu du crime mais en 2011 ! 



Quelle lecture de dingue !!!
Cette histoire est tout simplement machiavélique !

-ça commence comme un bon polar: meurtre bien ignoble d'un tueur en série surnommé le Tanneur car il a le bon goût de dépecer ses victimes pour en rhabiller d'autres...... Mmmmmh !

-les enquêteurs, et plus particulièrement Sylvie, sont des flics que la vie n'a pas épargnés, séparés, seuls, plein de "cicatrices"...

-durant l'enquête, l'histoire prend un tournant inquiétant... Sombre...
Le praticien qui suit Sylvie nest peut être pas le banal médecin que l'on croit...
Et Sylvie, n'est-elle pas un peu "borderline" ? On se demande si elle ne va pas craquer: comment gérer une telle pression, de tels "bagages" psychologiques ?

-des sortes de "flashes" ponctuent les chapitres. Ceux ci sont courts, on va à l'essentiel, on ne tergiverse pas à raconter des banalités...
On est dans un polar et le rythme est effréné..!

-Mais ces sortes de flashes... Qu'est ce donc ?
Des réminiscences du tueur qui a traumatisé Sylvie il y a 15 ans ?
Une nouvelle victime entre ses griffes ?


Gilles Caillot maîtrise à la perfection le fil de son histoire: il balade son lecteur qui ne voit rien venir !
Incroyable !!!!
Ce dénouement............. J'en reste chamboulée tellement c'est surprenant !!!

Toutefois, je me garde bien de trop en dévoiler sinon ce serait vous priver d'une excellente découverte !


Ce roman se clôt de façon magistrale !


C'est extraordinairement mené: des romans comme ça, j'en veux encore !!!!!!!

dimanche 23 juin 2013

Challenge « GIEBEL OR NOT GIEBEL » avec Bookenstock



Cékiki va participer ???????


Hiiiiiiiiii !!!!!! C'est môa !!!!


Et je pense pouvoir tenter de jouer dans la catégorie "PRO GOURMAND" !
donc il me faut lire 2 livres de Karine GIEBEL pour cela ! ça tombe bien, j'ai été sélectionnée pour un partenariat avec le petit dernier "Purgatoire des innocents" !

Grand merci à Dup et Phooka de BOOKENSTOCK ainsi qu'au éditions Fleuve noir et Pocket pour ce joli cadeau !

Rendez-vous en septembre, pour l'"autopsie" de l'auteur en direct sur Bookenstock à l'occasion de son "Mois2", ainsi que pour les résultats du challenge qui sera primé par les éditions numériques 12-21 ! 
N'hésitez pas: inscrivez-vous, surtout si vous ne connaissez pas la talentueuse Karine !


Pour vous faire envie, voici quelques unes de mes critiques:

Meurtres pour rédemption  "ZE BEST" !!!! à lire A-BSO-LU-MENT !!!


mardi 11 juin 2013

Fleur de tonnerre de Jean teulé


Hélène Jégado a tué des dizaines de ses contemporains sans aucune raison apparente.
Quels secrets renfermait cette tête qui, le 26 février 1852, sur le Champ de mars de Rennes, roula dans la corbeille de la guillotine ?
 Hélène Jégado reste la plus grande « serial killer » de France et, sans doute, du monde entier.



Mon avis:

Merci à ma Maman qui m'a prêté cet ouvrage d'un de nos auteurs fétiches !
C'est toujours un plaisir de lire Jean Teulé, il a cette façon d'écrire à la fois poétique et sans fioritures qui rendent les récits vivants et envoûtants !

Cette fois ci, il s'"attaque" à la plus grande criminelle que la France ai jamais connue: Hélène Jégado. Pourtant ce nom ne nous est pas forcément familier... D'autres ouvrages lui ont été consacrés, il existe même un moulage de son visage, destiné à l'époque de son exécution, à une collection sur les grands criminels... On trouve également dans le livre et au hasard du net, une gravure faite à l'époque de son procès:
Elle n'a lair de rien comme ça... Un petit bout de femme, née dans une Bretagne à mille lieue du reste de la France ! Hantée par les légendes racontées par ses parents, Hélène que sa mère surnommait Fleur de tonnerre, finit par se prendre pour le terrifiant Ankou, la mort personnifiée...

Dès lors, elle va commettre une immense série d'empoisonnements au travers de toute la Bretagne, à commencer par celui de sa mère...
Hélène, à chaque décès qui jalonnera son parcours quittera la maison qui l'accueillait comme cuisinière pour aller semer la mort ailleurs.
Elle n'épargne personne: jeune, vieux, bébés, femmes, hommes... Elle empoisonne via des soupes et/ou gâteaux.

Mais elle cache bien son jeu: son affabilité auprès des gens qui l'emploient, spécialement lorsqu'ils sont pris de violentes douleurs, de spasmes, ne laisse jamais penser à de vils agissements ! Tout au plus pense-t-on qu'elle a bien peu de chance d'être ainsi suivie par la mort, sans jamais imaginer que c'est elle qui la donne !

Puis, via le témoignage de la mère d'une des victimes rescapée, les soupçons s'éveillent et c'est là l'arrêt de mort de Fleur de Tonnerre qui espérait mettre fin aux jours d'un juge. 
S'ensuivra un long procès, où Fleur de Tonnerre ne montrera aucun remord. Elle se tiendra sagement assise, rongée en silence par un mal qui gangrène son sein...
La veille de son exécution, elle réclamera un simple oeuf dur comme dernier repas...

Une "drôle" de vie qui nous est contée là, un étrange personnage, presque attachant malgré ses méfaits...
Jean Teulé est décidément talentueux pour parvenir à nous faire aimer pareil assassin !
Ce n'est sans doute pas son meilleur roman mais son style est si agréable que c'est un super moment de lecture.