lundi 28 octobre 2013

Le projet Bleiberg de David S. Khara *partenariat Book en stock*

Son père ? Assassiné. Sa mère ? Assassinée. Pour Jay Novacek, la semaine commence à être chargée. D'autant qu'en terme d'héritage, à part un drapeau américain, un médaillon nazi et un agent du Mossad à ses trousses, ce n'est pas l'Eldorado. Pire, il semblerait qu'on se dispute sa tête à grands coups de revolver... Peu habitué à danser avec les balles, Novacek va devoir apprendre. Et vite, s'il veut survivre. 

Venue des heures les plus sombres de l'Histoire, une terrible machination se met en branle, menaçant l'humanité tout entière. N'est-il pas déjà trop tard pour l'arrêter ?



MERCI AUX EDITIONS 10/18 AINSI QU'A BOOK EN STOCK pour ce partenariat et cette super découverte !


MON AVIS:

En deux mots: ça décoiffe !

Incroyable comme cette écriture est haletante: une fois plongé dans l'histoire, on se fait embarquer ! Et on ne s'ennuie jamais. On ne sait pas où tous les indices distillés au fil des pages vont nous mener, en tout cas, cela n'a de cesse de piquer la curiosité du lecteur !

Les 3 personnages principaux sont très attachants. (Pourtant, je dois avouer que pour Eytan, au départ, c'était un peu mal parti ! ça n'a pas duré: il est extra ce "Géant Vert" !)
Il s'agit d'une drôle d'équipée sauvage: un trader alcoolique et deux agents secrets, quel étrange mélange !
Mais leurs discours et les petites gentillesses qu'ils se servent sont savoureuses ! (Surtout les pensées de Jay, quel boute-en-train !)

Quand au fond sur lequel se trame ce roman, c'est tout simplement machiavélique... Et le pire, c'est que ça tient debout !
On alterne entre les nazis et leurs fantasmes de "race supérieure" et notre trio de choc qui se trouve pris dans un road movie semé d'embûches (oui, bon, je sais, ils prennent quasi plus l'avion que la voiture, mais quand même, ils en font du chemin !)

Avec ce genre de roman, on voudrait tellement en dire que ça risquerait d'être trop..! Et il faut bien avouer que ce serait dommage de vous dévoiler l'intrigue tellement elle est bien ficelée ! (Comme Phooka, j'ai aussi vu venir un des "indices" sur la fin -genre au 36e chapitre-, mais ça ne gâche pas le plaisir ! C'était juste un doute qui s'est confirmé au 37e chapitre, soit l'avant-avant dernier !!! Donc côté suspens, vous pouvez y aller: ça dure !!!)

Pour clore ce petit compte-rendu, je me contenterai de dire que cela a été une très belle découverte: une lecture facile, agréable, fluide... Un bon bouquin quoi ! 
Et n'oubliez pas d'aller lire les INTERVIEWES de DAVID S.KHARA sur Book en stock, parce qu'en plus de bien écrire, il est trop sympa ;)

dimanche 25 août 2013

Purgatoire des innocents de Karine GIEBEL *Challenge Giebel or not Giebel*


Grace à Bookenstock (Dup et Phooka) ainsi qu'aux éditions Fleuve Noir, j'ai reçu le "petit" dernier de Karine GIEBEL, une de mes auteurs fétiches !
Grand merci !



Je m'appelle Raphaël, j'ai passé quatorze ans de ma vie derrière les barreaux. 
Avec mon frère, William, et deux autres complices, nous venons de dérober trente millions d'euros de bijoux. 
Ç'aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang. 
Deux morts et un blessé grave. 
Le blessé, c'est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre ou Will pourra reprendre des forces. 

Je m'appelle Sandra. 
Je suis morte, il y a longtemps, dans une chambre sordide. 
Ou plutôt, quelque chose est né ce jour-là...

Je croyais avoir trouvé le refuge idéal. 
Je viens de mettre les pieds en enfer. 

Quelque chose qui marche et qui parle à ma place. 
Et son sourire est le plus abominable qui soit... 




Mon avis:

Une fois de plus, j'ai été happée par ce roman.
Complètement scotchée. Ebranlée même.

Karine GIEBEL m'a toujours "habituée" à des romans noirs, très noirs. 
Mais noir et violent à ce point, je ne m'y attendais pas !

Et pourtant, au début du livre, je ne voyais pas trop où elle allait mener son lectorat...
J'avoue avoir même eu un peu peur de m'ennuyer... (*honte*)

Naïve que je suis !
En fait, c'est juste que je n'avais rien vu venir !
J'ai donc pris une claque magistrale qui m'a faite me relever la nuit pour tourner encore et toujours quelques pages de plus !
(Au passage jen profite: "Merci Mme Giebel pour les cernes sous les yeux et les nuits blanches à l'aube de la reprise du boulot !! :)  )

Le roman débute de façon plutôt "ordinaire": un gros braquage place Vendôme, une fusillade, un mort, des blessés...
Les malfrats prennent la fuite avec leur butin.
Loin de Paris, ils leur faut s'arrêter pour que Will, le petit frère du chef de la bande (Raphaël) reçoivent des soins en urgence...
Mais pour éviter d'éveiller les soupçons, Raphaël va faire appel à un vétérinaire !

La bande se retrouve donc dans la propriété isolée de Sandra.
Curieux personnage que cette femme qui va tantôt fasciner et exaspérer Raphaël...

C'est jusque là que ça paraît un peu long... Surtout qu'en parallèle il y a un enlèvement d'adolescentes qui est perpétré et du coup, on ne sait pas trop ce que ça vient faire ici...!

Puis le mari de Sandra revient..........
Et c'est là que les choses changent. 
Là qu'on bascule dans l'horreur pure. 
Il y a même certains passages que j'ai eu peine à lire, j'avais une boule dans le ventre......
Parfois je me disais que c'était trop...
Mais au final, c'était trop tard pour moi: j'étais aussi captive de ce récit, liée aux personnages... Et quoiqu'il se passe, il fallait que je sache... Courageusement, j'ai tourné la dernière page...

Et j'ai su...

Mme Giebel m'a asséné le coup de grâce ce matin du 25 août de l'an 2013...
Presque aussi violent qu'avec Meurtres pour rédemption
Et c'est encore sous le choc que je rédige ces lignes..!


Pour résumer, je ne dirais que trois mots:

UNE LECTURE ENORME !



mercredi 3 juillet 2013

Short ! #4, Collectif *Masse Critique/Babelio*


SHORT !, c’est, chaque saison, le livre recueil du meilleur du court : des Nouvelles, des Strips (BD de 1 à 12 cases), des Poétiks, des Très très courts pour des lectures de 1 à 20 minutes. Les pionniers du short vous ont concocté, dans le cadre des Prix de la short Littérature Printemps 2013, ce # 4 de SHORT !, un mélange de 30 créations pour des lectures de moins de 20 minutes. Du gai, du triste, du loufoque, du léger et du grave… Pour faire naître des sourires, des interrogations, de l’étonnement, du recul et parfois même un léger malaise. 

Avec les Lauréats choisis par les internautes. Et avec les Lauréats choisis par l’éditeur. 

Ce SHORT ! # 4 est enfin pour shortEdition l’occasion de présenter les œuvres lauréates de La Matinale de la short Littérature organisée par shortEdition fin 2012, en partenariat avec Babelio, et présidée par David Foenkinos. 

Voilà 140 pages de plaisir à déguster en tranches bien fines. 



Mon avis:

J'ai reçu ce livre dans le cadre de l'opération "Masse critique" chez Babélio
Je postule maintenant à chaque nouvelle session car je suis devenue accro ! "Masse critique" est l'occasion de faire de belles découvertes.

Donc, une fois de plus, grand merci à Babélio ainsi qu'à ShortEdition de m'avoir offert cet ouvrage.

Que dire maintenant de l'ouvrage lui même ?

On y découvre un foisonnement de textes divers, de BD, nouvelles, poèmes...
Le principe d'une lecture rapide est bien respecté. On y fait de jolies découvertes, d'autres émouvantes...
On rit mais on peut aussi avoir envie de verser sa larmichette !

E résumé, ce n'est pas évident de ne pas redire ce qui l'a déjà été en présentation de l'ouvrage par son éditeur !

J'avoue, je n'ai pas tout aimé. Mais dans un ouvrage pluridisciplinaire il me semble difficile que les 30 créations plaisent toutes à chaque lecteur !

C'est ici que le travail de compilation d'oeuvres est difficile d'après moi...

Malgré tout, je ne regrette pas mon choix car une fois de plus, il m'a permis de poser un regard attentif  et surtout curieux sur une littérature dont je n'ai pas l'habitude et dont, c'est certain je n'hésiterai pas à me repaître dans le futur  :)
Une jolie découverte, à n'en pas douter !





mercredi 26 juin 2013

L'apparence de la chair de Gilles Caillot


Pour le capitaine de police Sylvie Branetti, la vie s'est arrêtée il y a quinze ans, lorsque le tueur qu'elle poursuivait a enlevé sa fille Lila avant de disparaître.

Après un passage obligé en hôpital psychiatrique et des séances régulières de psychothérapie et d'hypnose, elle se raccroche à un seul objectif: savoir ce qui est arrivé à Lila. 


La découverte d'un cadavre mutilé, arborant la même signature que celle du monstre qu'elle a croisé par le passé, la propulse à nouveau dans l'horreur. Mais elle a cette fois une espérance: connaître enfin la vérité.

Accompagnée de Paul Bénito, son ancien amant, elle veut suivre avec acharnement les traces laissées par le bourreau et mène une enquête aux confins de la réalité, un parcours peuplé de rêves étranges qui la submergent de plus en plus. Où cela pourra-t-il finir? Et si tout n'était qu'apparence? 

Bienvenue dans le chaos. 



MON AVIS:



GROS GROS COUP DE COEUR !



J'ai acheté l'ouvrage auprès de Mr Caillot en personne lors des derniers Quais du Polar:
Je lui avais demandé ce qu'il avait de plus "hard", il m'a de suite orientée vers L'apparence de la chair ainsi que Lignes de sang (pas encore lu).

J'avais également remarqué la bande rouge au bas du livre:
"Bluffant !" Franck Thilliez
Alors si Mr Thilliez en personne était tombé à la renverse, c'était pour moi un gage de qualité !
D'autant que je connaissais déjà le talent de Gilles Caillot, avec son 1er roman:
 A l'époque, j'avais déjà fait sa connaissance sur le même lieu du crime mais en 2011 ! 



Quelle lecture de dingue !!!
Cette histoire est tout simplement machiavélique !

-ça commence comme un bon polar: meurtre bien ignoble d'un tueur en série surnommé le Tanneur car il a le bon goût de dépecer ses victimes pour en rhabiller d'autres...... Mmmmmh !

-les enquêteurs, et plus particulièrement Sylvie, sont des flics que la vie n'a pas épargnés, séparés, seuls, plein de "cicatrices"...

-durant l'enquête, l'histoire prend un tournant inquiétant... Sombre...
Le praticien qui suit Sylvie nest peut être pas le banal médecin que l'on croit...
Et Sylvie, n'est-elle pas un peu "borderline" ? On se demande si elle ne va pas craquer: comment gérer une telle pression, de tels "bagages" psychologiques ?

-des sortes de "flashes" ponctuent les chapitres. Ceux ci sont courts, on va à l'essentiel, on ne tergiverse pas à raconter des banalités...
On est dans un polar et le rythme est effréné..!

-Mais ces sortes de flashes... Qu'est ce donc ?
Des réminiscences du tueur qui a traumatisé Sylvie il y a 15 ans ?
Une nouvelle victime entre ses griffes ?


Gilles Caillot maîtrise à la perfection le fil de son histoire: il balade son lecteur qui ne voit rien venir !
Incroyable !!!!
Ce dénouement............. J'en reste chamboulée tellement c'est surprenant !!!

Toutefois, je me garde bien de trop en dévoiler sinon ce serait vous priver d'une excellente découverte !


Ce roman se clôt de façon magistrale !


C'est extraordinairement mené: des romans comme ça, j'en veux encore !!!!!!!

dimanche 23 juin 2013

Challenge « GIEBEL OR NOT GIEBEL » avec Bookenstock



Cékiki va participer ???????


Hiiiiiiiiii !!!!!! C'est môa !!!!


Et je pense pouvoir tenter de jouer dans la catégorie "PRO GOURMAND" !
donc il me faut lire 2 livres de Karine GIEBEL pour cela ! ça tombe bien, j'ai été sélectionnée pour un partenariat avec le petit dernier "Purgatoire des innocents" !

Grand merci à Dup et Phooka de BOOKENSTOCK ainsi qu'au éditions Fleuve noir et Pocket pour ce joli cadeau !

Rendez-vous en septembre, pour l'"autopsie" de l'auteur en direct sur Bookenstock à l'occasion de son "Mois2", ainsi que pour les résultats du challenge qui sera primé par les éditions numériques 12-21 ! 
N'hésitez pas: inscrivez-vous, surtout si vous ne connaissez pas la talentueuse Karine !


Pour vous faire envie, voici quelques unes de mes critiques:

Meurtres pour rédemption  "ZE BEST" !!!! à lire A-BSO-LU-MENT !!!


mardi 11 juin 2013

Fleur de tonnerre de Jean teulé


Hélène Jégado a tué des dizaines de ses contemporains sans aucune raison apparente.
Quels secrets renfermait cette tête qui, le 26 février 1852, sur le Champ de mars de Rennes, roula dans la corbeille de la guillotine ?
 Hélène Jégado reste la plus grande « serial killer » de France et, sans doute, du monde entier.



Mon avis:

Merci à ma Maman qui m'a prêté cet ouvrage d'un de nos auteurs fétiches !
C'est toujours un plaisir de lire Jean Teulé, il a cette façon d'écrire à la fois poétique et sans fioritures qui rendent les récits vivants et envoûtants !

Cette fois ci, il s'"attaque" à la plus grande criminelle que la France ai jamais connue: Hélène Jégado. Pourtant ce nom ne nous est pas forcément familier... D'autres ouvrages lui ont été consacrés, il existe même un moulage de son visage, destiné à l'époque de son exécution, à une collection sur les grands criminels... On trouve également dans le livre et au hasard du net, une gravure faite à l'époque de son procès:
Elle n'a lair de rien comme ça... Un petit bout de femme, née dans une Bretagne à mille lieue du reste de la France ! Hantée par les légendes racontées par ses parents, Hélène que sa mère surnommait Fleur de tonnerre, finit par se prendre pour le terrifiant Ankou, la mort personnifiée...

Dès lors, elle va commettre une immense série d'empoisonnements au travers de toute la Bretagne, à commencer par celui de sa mère...
Hélène, à chaque décès qui jalonnera son parcours quittera la maison qui l'accueillait comme cuisinière pour aller semer la mort ailleurs.
Elle n'épargne personne: jeune, vieux, bébés, femmes, hommes... Elle empoisonne via des soupes et/ou gâteaux.

Mais elle cache bien son jeu: son affabilité auprès des gens qui l'emploient, spécialement lorsqu'ils sont pris de violentes douleurs, de spasmes, ne laisse jamais penser à de vils agissements ! Tout au plus pense-t-on qu'elle a bien peu de chance d'être ainsi suivie par la mort, sans jamais imaginer que c'est elle qui la donne !

Puis, via le témoignage de la mère d'une des victimes rescapée, les soupçons s'éveillent et c'est là l'arrêt de mort de Fleur de Tonnerre qui espérait mettre fin aux jours d'un juge. 
S'ensuivra un long procès, où Fleur de Tonnerre ne montrera aucun remord. Elle se tiendra sagement assise, rongée en silence par un mal qui gangrène son sein...
La veille de son exécution, elle réclamera un simple oeuf dur comme dernier repas...

Une "drôle" de vie qui nous est contée là, un étrange personnage, presque attachant malgré ses méfaits...
Jean Teulé est décidément talentueux pour parvenir à nous faire aimer pareil assassin !
Ce n'est sans doute pas son meilleur roman mais son style est si agréable que c'est un super moment de lecture.

mercredi 15 mai 2013

Sa vie dans les yeux d'une poupée d'Ingrid Desjours.

Deux écorchés vifs. Deux rêves de seconde chance. Un regard pour renaître... Provocateur, cynique et misogyne, Marc est affecté à la brigade des moeurs après un grave accident. Quand, dans le cadre d'une enquête, il croise la douce Barbara, le policier est troublé par son regard presque candide, touché par cette fragilité que partagent ceux qui reviennent de loin. Ému. Au point de croire de nouveau en l'avenir. Mais il est aussi persuadé qu'elle est la pièce manquante, le pion à manipuler pour démasquer le psychopathe qu'il traque. Et s'il se trompait ? Le pire des monstres est parfois celui qui s'ignore, quand bien même il rêve sa vie dans les yeux d'une poupée... 
« Une aventure haletante, violente, psychologiquement marquante : du bon et vrai thriller ! » Marina Carrère d'Encausse



Mon avis:

Tout d'abord, je remercie Les éditions Plon et Book en stock pour ce partenariat ! J'ai hâte de lire les réponses d'Ingrid Desjours aux questions de ses lecteurs durant le "Mois de..." qui lui est réservé (en juin)!


Quelle lecture ! J'en suis encore toute retournée ! 
Ingrid Desjours nous offre ici la genèse cinglante d'une psychotique... 
Barbara a une histoire si lourde à porter... Un traumatisme enfoui, jamais transformé, juste oublié mais qui a pourtant parasité son existence à jamais, malgré le fragile réconfort que lui apporte sa collection de poupées.
Hélas, le passé finit toujours par vous rattraper...  Et Barbara n'y coupera pas. C'est ainsi que suite à une horrible agression, sa vie va basculer pour de bon et elle va se retrouver totalement prisonnière d'une infernale spirale... Prisonnière de sa mère handicapée, prisonnière de son petit ami vicelard et profiteur...

En parallèle, Marc , le flic que la vie n'a pas épargné lui non plus, enquête sur une violente série d'agressions... Quand Barbara va faire irruption dans ses recherches, il va être séduit par sa douceur. Mais il garde à l'esprit qu'elle a un rôle à jouer dans le dénouement de cette complexe investigation. Et il lui faut trouver le coupable au plus vite, avant qu'il ne se transforme en meurtrier...

A la manière de Franck Thiliiez ou de Karine Giebel, Ingrid Desjours tourmente ses personnages. Le 4e de couv' dit juste: on a affaire à deux écorchés vifs... Leur vie est un fardeau et pourtant un mince espoir se fraye un chemin tout près du dénouement ! Ouf ! On respire ! C'est si rude psychologiquement... Sans compter le style sec, sans fioritures (malgré la lidocaïne et la pyorrhée dentaire !!!! pour comprendre, il suffit de le lire !!!! )  qui sert admirablement le déroulement de l'histoire et contribue à vous glacer le sang....
Le plus terrible, c'est que cela ressemble à du réel...

Donc: avis aux amateurs de thrillers psychologiques bien durs, ce livre est pour vous !


Messe noire d'Olivier Barde-Cabuçon



                   Une nuit de décembre 1759, le corps sans vie d’une jeune fille est retrouvé sur la tombe glaciale d’un cimetière parisien. Pas de suspect, et pour seuls indices : une hostie noire, un crucifix et des empreintes de pas. Un panneau placardé sur la grille d’un autre cimetière donne le ton : “Interdit à Dieu d’entrer dans ce lieu.” La tension est à son comble dans la capitale. Sartine, le lieutenant général de police, craint une résurgence des messes noires sous le règne du très contesté Louis XV.
                Volnay, le commissaire aux morts étranges et son non moins étrange compagnon, le moine hérétique, se trouvent rapi dement confrontés à des forces obscures et manipulatrices. Toujours aussi mal vu du pouvoir en place, sous la fé rule d’un Sartine plus méfiant que jamais, le duo d’enquêteurs ne pourra compter que sur lui-même pour démasquer les ordonnateurs du rituel satanique.



                  Dans ce deuxième volet des aventures du chevalier de Volnay, Olivier Barde-Cabuçon reconstitue un Paris pittoresque et inquiétant, où les seaux d’aisance se déversent des fenêtres à toute heure du jour, où les coquins s’emparent des rues à la nuit tombée, et où l’on dit la messe à l’envers sur les tombes. À quelques lieues de là, Versailles étale les lignes claires de ses jardins, comme pour mieux dissimuler les troubles pulsions de ses prestigieux locataires. Entre ces deux pôles opposés, Olivier Barde-Cabuçon noue une intrigue diabolique au royaume du détraquement et de l’inversion des règles établies.



Mon avis:

        Du tout bon !!!!! Une lecture extra !
Je remercie chaleureusement Actes Sud ainsi que "GdB" qui m'ont permis de découvrir cette nouvelle enquête du commissaire aux morts étranges.

      J'avais été emballée par le 1er opus des aventures de Volnay et du moine "hérétique" dans Casanova et la femme sans visage et là, je dois dire que j'ai été encore plus convaincue par la qualité d'écriture et l'histoire de ce roman !
Les personnages de Volnay et du moine se sont étoffés. Ils ont du caractère et toujours autant de vivacité d'esprit. Olivier Barde-Cabuçon les "maîtrise" parfaitement et les rend très attachants...


        Une fois de plus, nous nous trouvons entrainés dans un Paris du XVIIIe plus vrai que nature! Tout y est: l'ambiance, les descriptions fournies, le brouillard hivernal... Ne manquent que les odeurs et les bruits pour parfaire cette ambiance...
Quel talent décidément ! On ressent la passion de l'auteur pour l'Histoire dans la richesse des détails historiques qui créent l'atmosphère et les décors  du roman
Et quel style: élégant, fin... Une bien belle plume qui via des rebondissements nombreux et surprenants, nous "mène en bateau" !

           L'histoire commence "là où tout finit": dans un cimetière !
Et, comme l'indique le titre, Volnay a affaire à de biens sombres coupables qui s'y adonnent à des messes noires... 2 corps sont retrouvés: celui d'une jeune fille de douze ans et celui du gardien. Nos deux enquêteurs ont du pain sur la planche et les difficultés ainsi que les cadavres, seront légion dans leur cheminement vers la vérité... 
La gent féminine n'est pas oubliée: la belle Hélène, envoyée par Sartine, se joint au duo et se révèle séduisante, mystérieuse et intelligente... 
      Ainsi, notre trio va déambuler dans un Paris sous tension, entre Inquisition et Révolution, et rencontrer de multiples personnages, aux réputations parfois sulfureuses (la Vorace), étranges (les voleurs de cadavres !) voir inquiétantes (Siltieri)...
           Le dénouement ne manque pas de piquant non plus: Olivier Barde-Cabuçon nous offre encore un bouquet final détonnant ! Toutefois, je n'ose en dire plus de peur d'en dévoiler trop et de priver les futur(e)s lecteurs(trices) de tout le plaisir de cette lecture ! 

Une question me taraude alors:
Il sort quand le troisième ? :)
               
En bref, un roman captivant que je vous recommande fortement !



mardi 7 mai 2013

Modération des commentaires devant la recrudescences des spams...

Je suis constamment spammée via des commentaires douteux contenant toujours des liens sur lesquels je ne clique jamais !!!)...

Par sécurité je préfère donc modérer tous les commentaires afin de ne pas me faire pourrir mon blog !

Que c'est pénible toute cette malveillance de laquelle on doit se prémunir sans cesse...



Toutefois, n'hésitez pas à poster malgré cela, j'aurais toujours plaisir à recevoir des vraies visites d'internautes ;)

dimanche 14 avril 2013

Tout bientôt: "Sa vie dans les yeux d'une poupée" d'Ingrid Desjours

Grâce aux cop´s de Bookenstock et à Plon je vais avoir la chance de chroniquer le dernier livre d'INGRID DESJOURS !!!



J'avais adoré Potens, ainsi que Écho, qui n'est pas chroniqué hélas, car lu avant l'existence de mon blog !!!

Bref, j'attends de recevoir là merveille et je m'empresserai de vous faire part de mon ressenti !

vendredi 29 mars 2013

*BD* Tu mourras moins bête de Marion Montaigne, * La BD fait son festival, Priceminister*









Après avoir brillamment démystifié la science au cinéma, le Professeur Moustache s’attaque à… votre corps ! Si vous croyez que l’apoptose est une maladie des pieds ou si pour vous le “stade anal” est un lieu de concert de 100 000 personnes, alors ce livre est fait pour vous ! 

Méchants virus et vilaines bactéries, psychologie et scientifiques un peu cinglés : pour passer son doctorat les doigts dans le nez ou simplement pour briller en société, Tu mourras moins bête, c'est excellent pour la santé !

Grâce à son programme “cinq rires et légumes par jour”, le Professeur Moustache vous promet un esprit sain dans un cornichon !



MA NOTE:   17/20



Et mon avis:

Extra ! J'ai beaucoup aimé !
Je ne connaissais pas cette "série" (2 tomes) et je remercie sincèrement Priceminister et mon amie Didi (du blog " Les curiosités de Didi") de m'avoir donné l'opportunité de participer à cet événement autour de la BD ! 

Vraiment, avec le professeur Moustache, j'ai passé d'excellents moments !
C'est drôle, c'est intelligent ! Terrible !

Quel plaisir cet humour ! Et que de sujets abordés ! Tous traités de la même façon:
une question, une réponse, sans chichis, sans tergiversations: les choses sont dites telles qu'elles sont, démonstrations et exemples à l'appui !

Le tout servi par un coup de crayon malicieux, simple, rapide mais efficace !

Jugez plutôt:

Que dire de plus ?
à part rajouter, une fois encore que je me suis bien bidonnée, je ne vois pas !

Ha si ! Cette BD a reçu le "PRIX DU PUBLIC" à Angoulême cette année et c'est drôlement mérité !

Je vous la recommande chaudement, vous pourrez, tout en vous gaussant au fond de votre canapé, vous instruire pour briller en société: quelle opportunité alléchante non ?!!



mercredi 20 février 2013

Jusqu'à ce que la mort nous unisse de Karine GIEBEL


La montagne ne pardonne pas. Vincent Lapaz, guide solitaire et blessé par la vie, l’apprend aujourd’hui à ses dépens : la mort vient de frapper, foudroyant un être cher. Simple accident ? Vincent n’en croit rien : la victime connaissait le parcours comme sa poche. C’est un meurtre. Avec l’aide d’une jeune gendarme, Vincent mène l’enquête, de crevasses en chausse-trappes, déterrant un à un les secrets qui hantent cette vallée. Et Lapaz non plus n’est pas du genre à pardonner…








MON AVIS:

Mais quel talent !!!!!!!!!
Karine GIEBEL sait accrocher son lecteur: quand on ouvre un de ses bouquins, on ne peut plus le poser !
Une fois de plus, je me suis faite happée par cette lecture et cette douloureuse enquête.

Encore des personnages torturés, chez qui les expériences de la vie ont laissé des traces...

Vincent et Servane, les 2 personnages principaux ont des caractères bien trempés. A première vue, ils ne sont pas faits pour s'entendre mais on subodore bien vite que cela va changer !

Sur fond de meurtres et de trahison, dans un décor à vous couper le souffle (j'ai envie de randonner depuis cette lecture !), c'est une magnifique amitié qui naît sous la plume de l'auteure...
Au fil de la lecture, on se demande à quelle sauce vont être mangés nos deux protagonistes:

Karine GIEBEL ne fait, en général, pas de cadeau à "ses créatures" !
Ces deux là n'y coupent pas: à force de vouloir fourrer son nez dans des histoires lugubres, on finit par trouver... des problèmes !!!

Mais je n'en dirait pas plus ! Je ne voudrais pas gâcher un tel moment de lecture...
Je ne vais pas non plus en faire des tonnes et des lignes et des lignes: non, pas besoin ! Ce bouquin est juste excellent !

Je ne saurais que trop vous le recommander: j'en profite d'ailleurs pour vous recommander tout simplement l'oeuvre de Karine GIEBEL et en particulier "MEURTRES POUR REDEMPTION"...

Pour fairer simple, la seule déception à la lecture de ses livres: c'est quand on les finit !!!! J'en veux encoooooooooore !!!!!
Snif...!