mardi 8 novembre 2011

L'ange du mal de Gilles Caillot


Lyon, été 2006.
Une série de meurtres, plus atroces les uns que les autres, sont perpétrés dans la capitale Rhodanienne. La police est sur les dents et Massimo Zanetti, capitaine de police à la Criminelle , est investi de l’enquête qui s’avère d’ores et déjà extrêmement compliquée, remplie d’énigmes et d’étranges indices laissés par le tueur sur les corps décomposés et mutilés. Satanisme, magie noire, tortures sexuelles et mentales… La traque du psychopathe l’emmènera jusqu’aux portes de la folie. Accompagnée de Julie Martin, la responsable de l’institut médico-légal de Lyon, dont il est toujours amoureux et de toute son équipe d’investigation, le capitaine Zanetti va mener la chasse dans la ville entière et nous emmener jusqu’aux plus profond d’un des lieux les plus mystérieux de la cité Lyonnaise : Les catacombes. Et ce n’est qu’un début. Réminiscence, sa suite, nous plonge dans l’horreur absolue.  
Extrait
 " Le cadavre était dans un sale état, à moitié décomposé. La peau cireuse était recouverte d’une matière verte, gluante. Des insectes, par centaines, avaient investi les orifices et les plaies béantes et se mouvaient frénétiquement dans les interstices. Les membres du macchabée semblaient prêts à se détacher du tronc et il put clairement distinguer les os jaunâtres apparaissant sous la chair. "



Mon avis :

J’ai acheté ce livre lors des Quais du Polar 2011 à Lyon ! J’avais parlé de Gilles Caillot sur un forum de thanatopraxie où nous échangions pas mal sur nos lectures…
Mr Caillot m’avait donc dédicacé mon exemplaire en me promettant que ce livre était « saignant ».

C’est le moins que l’on puisse dire ! Les scènes de tortures sont tout simplement abominables et dérangeantes…
Un roman à ne pas mettre en toutes les mains. Epouvantable à vous glacer le sang…
En effet, il faut être amateur du genre pour apprécier ce type de littérature. Moi, j’adore ! Je suis littéralement « fan ». Je trouvais, par exemple, que Sire Cédric et Franck Thilliez faisaient dans le gore, j’ai la joie de découvrir que Gilles Caillot vient s’ajouter à cette liste d’auteurs « saignants »

Il s’agit d’un premier roman. Il est réussi ! On « sent » l’écriture changer, s’affirmer au fil des pages. Les personnages s’étoffent.
Pour une fois, j’ai apprécié, dans un livre de ce genre, que les enquêteurs mènent (à priori..……) une vie personnelle presque « normale ». Ils ne sont pas complètement névrosés ou rongés par des problèmes divers et variés. Par exemple, cette tendresse entre le capitaine et la légiste. Mais je n’en dévoile pas plus car les relations des différents personnages évoluent énormément…

L’intrigue est bien ficelée. Par moment, tout de même, certains détails sautent aux yeux et on sait qu’ils vont être des indices cruciaux pour le déroulement de l’enquête. On devine aussi qui risque de finir entre les pattes du méchant… Mais cela ne nuit pas à la lecture : j’ai eu moi-même une peine infinie à fermer ce bouquin !!! (J’en profite pour remercier Mr Gilles Caillot pour le manque de sommeil dont il a été responsable chez moi ainsi que de la tête de déterrée que j’ai eue après une longue nuit de lecture.. !)
Cette intrigue donc : elle m’a beaucoup surprise ! Quelle idée ! Moi qui me demandait d’où sortait ce fameux « Maître » je n’avais rien vu venir !
La fin, elle, m’a tout d’abord laissée perplexe… Pas tout compris… Qui c’est ce type qui débarque ? D’où il vient ? Pourquoi on ne sait pas qui c'est ?
Du coup, je me suis sentie un peu roulée et mon avis sur le livre en prenait un coup… Jusqu’à ce que je comprenne qu’apparement, IL Y A UNE SUITE !!!!!!!! Hiiiiiiiiiiiii !!!!!
Ça m’a redonné le moral car du coup, c’est une fin « ouverte » et non « un soufflé qui retombe » !!!

Ce que j’ai adoré, c’est que ça se passe à Lyon, pas très loin de mon coin ! Je connais donc les quartiers, les rues citées, les villes voisines… C’est terrible pour illustrer l’imagination ! Et les catacombes !!! Je suis tombée des nues ! Je ne savais pas qu’on pouvait trouver de telles merveilles sous notre belle capitale des Gaules ! Quelle visite extra !
Et l'Institut Médico-Légal...(Haaaaa ! L'Institut Médico-Légal !!! Combien de fois y ai-je traîné mes guêtres pour assister à des autopsies lors de ma formation de thanatopractrice ??? Souvenirs, souvenirs !!! D'ailleurs, ça ne se passait pas tout à fait comme dans le livre.... mais là n'est pas la question... c'était MA séquence "émotion" !)

Le seul bémol doit certainement être imputable à l’éditeur ?
Il y a dans ce livre un grand nombre de « coquilles », elles sont très régulière, on finit vite par comprendre qu’on va en croiser jusqu’au bout ! Quel dommage ! Des fautes d’orthographes, des mots qui manquent, des phrases coupées par un saut « à la ligne »… ça pique un peu les yeux hein ???!

Pour résumer, pour les amateurs de viande fraîche:
livre "indisponible" pour le moment, mais si vous parvenez à le dégoter, ruez-vous dessus ! ;)

2 commentaires:

  1. Je passe mon chemin ... quand c'est trop gore je n'aime pas trop ...
    Bisous délicats !

    RépondreSupprimer
  2. C'est bien ce que je me suis dit en le lisant:
    "définitivement pas pour Did !"
    :)

    RépondreSupprimer