dimanche 29 mai 2011

Charly 9 de Jean Teulé


Charles IX fut de tous nos rois de France l’un des plus calamiteux. 

A 22 ans, pour faire plaisir à sa mère, il ordonna le massacre de la Saint Barthélemy qui épouvanta l’Europe entière. Abasourdi par l’énormité de son crime, il sombra dans la folie. Courant le lapin et le cerf dans les salles du Louvre, fabriquant de la fausse monnaie pour remplir les caisses désespérément vides du royaume, il accumula les initiatives désastreuses.
Transpirant le sang par tous les pores de son pauvre corps décharné, Charles IX mourut à 23 ans, haï de tous.
Pourtant, il avait un bon fond.




Je constate que c'est mon premier "Teulé" chroniqué sur mon blog !
Et pourtant, j'en ai lu un sacré paquet des livres de Jean Teulé... C'est un de mes auteurs favoris, je prends beaucoup de plaisir à me replonger dans de sombres heures de l'histoire de France contées par sa plume acérée !

Une fois de plus, je n'ai pas été déçue. 
Comme d'habitude, une lecture rapide: un Teulé ça se dévore comme une gourmandise !

Nous découvrons ici les "dessous" du massacre de la Saint Barthélémy...
Le jeune roi Charles IX, poussés par sa mère Catherine de Médicis et son entourage politique, finit par accéder à leur demande de faire massacrer les protestants et ordonne donc la boucherie qui suivra...

Et pourtant... Comme le dit le résumé, "il avait un bon fond"... Mais sa jeunesse et sans doute une certaine naïveté, ont fait de lui la marionnette de sa mère, de ses officiers, malléable à souhaits, finissant par acquiescer à la moindre de leur demande.
Il sera pourtant continuellement rongé par le remords, affligé par l'image que son peuple a de lui, déçu de lui inspirer haine et mépris...
Même sa mère et son frère, ne font rien pour l'alléger de son fardeau, élaborant plutôt des plans visant à placer le frangin au plus vite sur le trône !

Charly 9 finira par sombrer dans la folie et faire n'importe quoi:
organiser des chasses au lapins, ou pire, au cerf, au sein même des murs du château; jouer du cor toute la grande journée et même la nuit, s'attirant toujours plus de colère de la part de ses administrés et du voisinage de ses délires !

Il mourra dans la solitude, empoisonné (mais personne n'en su jamais rien) et même sa dépouille tombera dans l'oubli et le mépris, jetée à la fosse commune sans le moindre cérémonial dû à son grade...

Une histoire lugubre mais palpitante pour le lecteur...

10 commentaires:

  1. Un sacré auteur avec un rire incroyable ;-)
    Par contre je n'ai pu finir son Rainbow pour Rimbault qui m'a un peu refroidit quant à son écriture alors que j'ai été enchantée par Le Montespan !
    Bisous et bonne soirée !

    RépondreSupprimer
  2. Pas encore lu ce "Rainbow" !
    Mais "Le Montespan", ainsi que "Darling", "Mangez le si vous voulez" ou bien encore "Je, François Villon" sont mes romans préférés....

    RépondreSupprimer
  3. J'ai bien envi de le lire pour le coup, je trouve que la présentation est magnifique !
    Bravo !

    RépondreSupprimer
  4. Oui, la couverture "en jette" et si on apprécie la plume de Jean Teulé, l'Histoire (avec un grand "H") devient passionante

    RépondreSupprimer
  5. Je suis aussi une grande fan de Jean Teulé. J'aime beaucoup tes critiques sur ses différents livres et partage d'ailleurs souvent ton avis (Rainbow pour Rimbaud...). Mes "préférés" ou en tous cas qui m'ont particulièrement marqués:Le Montespan et Darling. Que pense-tu de ces romans? Ton avis m'intéresse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci "Anonyme" !
      Je suis contente de ce retour positif sur mes avis. "le Montespan" et "Darling" sont deux bijoux, les romans de Teulé que j'ai préférés.
      Darling est dur, dérangeant mais si facile à lire... En une soirée, c'est fini. Et cela laisse un goût amer d'horreur et de maltraitance. Quelle épouvantable vie ! Mais quel bouquin décoiffant !
      Le Montespan est une merveille de détails croustillants et savoureux. Un contexte historique passionnant, une plume acérée comme Jean Teulé sait si bien la manier. On vit l'histoire comme si on y était ! Ne manque que les odeurs dans les descriptions. Je garde l'image des dents cariées dont les trous étaient bouchés de beurre rance... Vous imaginez l'haleine ? Quelle époque hallucinante cela devait être !
      Et le Montespan lui-même, valeureux et fidèle malgré les lourdes cornes dont il était affublé. Un homme qui a toujours voulu marcher droit sans se laisser écraser, même par le roi en personne ! Une sorte de héros discret...

      Que de belles lectures en somme.

      Supprimer
  6. Oubliée de m'identifier dans le commentaire précédent. J'ai aussi un blog si cela t'intéresse: histoiredecoupsdecoeur.over-blog.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi je n'avais pas vu ton 2nd commentaire tout de suite !
      Enchantée de te connaître, je vais de ce pas rendre visite à ton blog ;)

      Supprimer
  7. Merci pour tes réponses rapides sympa. Je pense lire prochainement Bord Cadre (un des rares de Teulé que je n'ai pas encore lu) puis l'Oeil de Pâques. Ton article sur Sire Cédric m'a aussi donné envie de découvrir. Je te ferai part de mon ressenti.
    A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te recommande Sire Cédric vivement !

      Et je serais curieuse de lire ton ressenti sur "L'oeil de Pâques" tant cet un livre étrange !

      Bonne soirée JaneM ;)

      Supprimer