samedi 19 mars 2011

L'amitié de Ralph Waldo Emerson


Tout d'abord, je tiens à remercier sincèrement la team de chez BLOG-O-BOOK ainsi que les éditions AUX FORGES DE VULCAIN pour cet enthousiasmant partenariat !
J'ai reçu ce livre aujourd'hui et l'ai lu dans la foulée...




« À mon ami, j’écris une lettre et de lui, je reçois une lettre. Cela peut vous sembler peu de choses. Cela me suffit. C’est un cadeau spirituel qu’il est digne de me donner et que je suis digne de recevoir, et qui ne profane aucun de nous. Dans ces lignes chaleureuses, le cœur se fiera à lui-même comme il ne peut se fier à la langue et déversera la prophétie d’une existence plus divine que toutes les annales de l’héroïsme n’en ont encore vu s’accomplir. »










Cet ouvrage lorsqu'il a été présenté sur Blog-o-book a fait "tilt" dans mon cerveau !
Cet été, j'avais visité la maison où a vécu Ralph Waldo Emerson à Concord, Massachussetts, et je m'étais également rendue au très beau et reposant cimetière de "Sleepy hollow", toujours à Concord, où j'ai vu les tombes, simples et paisibles des plus grands auteurs du "transcendantalisme" dont faisait partie Ralph Waldo Emerson, mais aussi Thoreau, Alcott, Hawthorne...

La plaque sur la tombe de Ralph Waldo Emerson, cimetière de Sleepy Hollow.
La tombe "familliale" du grand ami d'Emerson: Henry David Thoreau.

Du coup, je me suis dit que c'était l'occasion rêvée de découvrir la plume d'un si grand homme !

Je tiens à souligner le travail de traduction de la part de Thomas Constantinesco et surtout la postface qu'il a rédigée: en quelques pages seulement, elle fait toute la lumière sur ce texte ô combien pointu...


Ce petit ouvrage de 50 pages seulement commence superbement sur une note d'un optimisme immense !


"Nous avons en nous bien plus de tendresse qu'on ne le dit."


Au cours de la lecture, j'ai aimé certaines citations, belles et profondes, richement imagées et si proches de l'idée que je me fais de l'amitié véritable... 
Hors, le point de vue d'Emerson qui commence sur une note si touchante nous met tout de même en garde contre les mauvaises amitiés, mais également (et étrangement) contre toute sorte d'amitié: l'auteur y voit une entrave à la liberté, une sorte d'asservissement et un empêchement d'être soi-même...
Malgré cela on sent à quel point l'amitié est une expérience qui lui est chère. Il insiste sur ce qui fait l'Amitié: la Vérité et la Tendresse. Mais aussi le temps qui passe: l'amitié qui peut naître à tout moment, et qui si on n'en abuse pas et si on laisse parler le coeur peut être une si bénéfique nourriture de l'âme. Il ne faut pas hésiter à laisser oeuvrer le temps pour que l'amitié se trouve grandie.
Emerson faisait grande place aux échanges épistolaires qui selon lui, étaient préférables à toute autre forme de communication. Les missives mettent en effet de la distance entre les deux protagonistes et sont plus riches de sincérité et de spiritualité.
Ce sont donc les valeurs et idées du transcendantalisme que l'on retrouve dans cet essai.

Le langage soutenu et les théories collent parfaitement à l'époque et à l'idée que je me faisais de ces auteurs américains du XIXe 
Cet ouvrage donne matière à réfléchir sur l'amitié, ce qu'elle apporte, les bénéfices que l'on en tire. Même si la vision "date" un peu et que le mouvement semble en "silence", je dois avouer avoir pris grand plaisir à lire L'Amitié: j'y ai trouvé une philosophie somme toute abordable et réfléchie, mais, plus encore, une véritable "nourriture spirituelle", un livre qui fait du bien à l'esprit et le "cultive"...

Pour finir, quelques extraits "photos"...




Je remercie également mon amie Didi, dont les échanges sur l'Amitié selon Emerson et l'amitié en général furent la cerise sur le gâteau de ma découverte littéraire... :)



4 commentaires:

  1. Quel beau billet mon amie :-)
    Tu expliques toujours si bien.
    J'avais été tenté par ce partenariat mais finalement je l'ai presque lu : par ton regard et grâce à nos multiples échanges :-O (épistolaire et moderne : mails + SMS ) sur l'amitié en générale et la notre en particulier.
    Vive l'amitié et je dirais même vive la Riramitié !
    P.S : j'adore les photos de cimetières ... J'ai aimé le lien de ton voyage à ta lecture !

    Bises mon amie !

    RépondreSupprimer
  2. Merci, ton commentaire me touche beaucoup. Je suis contente que ce billet te plaise et te semble si "limpide".

    Vive la "Riramitié" ! Un beau néologisme que nous avons créé à l'occasion de ce partage sur Emerson ;)

    Bizzz mon amie !

    RépondreSupprimer
  3. I just loved what you did above. Thanks for share it.

    RépondreSupprimer