mardi 1 février 2011

La comtesse de sang de Maurice Périsset

Dans le sombre décor d’un château isolé à Csejthe, d’innombrables victimes sont suppliciées avec la dernière férocité. De jeunes paysannes à la peau fraîche, flattées de rentrer au service de la comtesse Bathory ou alléchées par la promesse de somptueux festins, sont entraînés dans d’immenses souterrains qui seront leur tombeau. Elles succombent pour le seul et monstrueux plaisir de cet être d’une étrange beauté, au teint de lis, dévoré par des besoins sexuels innommables et la recherche de la jeunesse éternelle. On ne connaît guère à travers les âges d’exemples plus horrifiants et plus extraordinaires. Voici, telle qu’elle se déroula véritablement, l’histoire d’Erzébeth Bathory, la comtesse goule de sinistre mémoire, l’effroyable femelle sanguinaire dont la vie et les exactions atroces dépassèrent en cruauté les plus noirs forfaits jamais perpétrés, et qui frappa d’épouvante la lointaine Hongrie du XVIe siècle. 




Que dire de cette lecture ?

Un régal !
Ni trop court, ni trop long... Jamais ennuyeux, très bien documenté, une écriture fluide, très agréable à lire...
Et une découverte de la fameuse légende hongroise qu'est Erzébeth Bathory...

Une belle femme au regard fascinant, très raffinée et cultivée qui, délaissée par son mari souvent parti à la guerre, se met à assouvir son penchant pour le sang et la torture...
Elle fait preuve d'une imagination sans bornes pour inventer des outils de tortures pour s'amuser et jouir de la souffrance de jeunes filles qui sont recrutées pour la servir.

La comtesse Bathory a été une tueuse en série très prolifique puisque ce sont plusieurs centaines de jeunes filles et adolescentes qui ont péri dans d'atroces souffrances sous son joug. Elle se baignait de leur sang, certaine de s'assurer jeunesse et beauté éternelle...
Aidée de plusieurs de ses sbires, elle "opérait" cachée dans les sous-sols du château. Les paysans finissent par se douter que quelque chose d'étrange a lieu chez la comtesse: ils ne revoient jamais leurs filles, des bruits courts, on parle de sorcellerie...
Ce n'est que des années après le début de ses méfaits que la comtesse sera jugée et condamnée à être enfermée à vie dans une pièce d'un de ses châteaux dont la fenêtre serait murée... Elle mourra 4 ans plus tard.

L'histoire nous dit que pendant et après son jugement, Erzébeth n'a jamais laissé transparaître une émotion, n'a jamais rien réclamé... 
Avant cet internement, telle une psychopathe, les seuls sentiments de jouissance qu'elle éprouvait semblaient être lorsqu'elle faisait souffrir ses victimes et les tuait.

Une bien sombre biographie que celle de cette femme issue d'une brillante dynastie...



Attention: se procurer ce bouquin sans le payer une fortune est quasi impossible !
Il n'est plus disponible depuis pas mal de temps hélas...



6 commentaires:

  1. Elle a pas l'air d'être méchante et cruelle sur la peinture on pourrait m^me presque lui donner le bon dieu sans confession ....
    Breeee ça fait froid dans le dos parce qu'à l'époque les instruments de torture étaient vraiment effrayants ... Ah ça me rappelle les Tudors avec toutes les machines machiavéliques ...

    Bises et merci pour tes découvertes ... macabres !

    RépondreSupprimer
  2. En effet, ça pourrait donner lieu à une fabuleuse série dans le même genre que Les Tudors !
    Ce serait gore à souhait !

    J'ai beaucoup aimé ce roman !

    RépondreSupprimer
  3. c'est le genre de livre qui peut m'interesser

    RépondreSupprimer
  4. Alors je le signale une fois de plus: hyper difficile à trouver !!!!

    RépondreSupprimer
  5. Challenge accepted...

    Plus sérieusement, le livre à l'air pas mal ^^ il va falloir que je dépense une fortune par ta faute :D

    RépondreSupprimer
  6. oui, c'est vraiment étonnant que certains livres soient à ce point introuvable !

    J'avoue qu'il est rare que je mette aussi cher dans un livre d'occasion !!! Je n'ai, par chance, pas été déçue ;)

    Et d'ailleurs, je suis ravie du fonctionnement de Priceminister avec les "alertes souhaits", je viens de me dégôter une autre rareté à tarif intéressant: La voix des anges d'Anne Rice...

    Bonne recherche, qui sait ? on peut tomber sur un exemplaire pas cher en bouquinerie ou sur un vide-grenier !

    RépondreSupprimer