mercredi 26 janvier 2011

Mandalas




Mandala: terme sanskrit qui signifie "cercle" 

Le Mandala est un symbole que l'on retrouve dans de nombreuses traditions (dans le bouddhisme, les églises... ou bien le zodiaque par exemple).
Créer, colorer des Mandalas, permet d'exprimer sa créativité, de se recentrer ou gérer le stress et la concentration. C'est une activité très reposante et ressourçante.






"Le Mandala est « une image de la (de sa) Psyché, utilisée pour consolider l’être intérieur, ou pour favoriser la méditation en profondeur. La contemplation d’un (de son) Mandala est censée inspirer la sérénité, le sentiment que  la vie a retrouvé son sens et son ordre.  C.-G. Jung.


Durant mon week-end breton/normand, lors de la visite de l'Abbaye du Mont Saint Michel, j'ai photographié un vitrail dans le but d'en faire un mandala à colorier...
Une fois à la maison, en quelques clics, j'avais raboté la photo, ôté les murs et colonnes de la pièce, et hop ! un petit clic sur "imprimer"...

Le tour était joué: je venais de "créer" un magnifique mandala ! 

Je vous le livre à tous les "stades" de sa création...
La photographie du vitrail dans l'Abbaye...

La réalisation du Mandala via "paint"

Le "chantier" couleur...
Le résultat final !


J'ai beaucoup aimé travailler cette image jusqu'à la mise en couleur finale de mon Mandala, quel plaisir, quel art !


lundi 17 janvier 2011

Oyez, oyez: à gagner...

...3 exemplaires de 

Le tertre des âmes 


de Ludovic Rosmorduc


C'est gratuit, c'est jusqu'au 30/01 alors on en profite, on fait fonctionner ses petits neurones pour chercher les réponses aux questions et on tente sa chance !!!!

vendredi 14 janvier 2011

Shooting Dogs

Rwanda, le 6 avril 1994...

L'assassinat du président Habyarimana marque le début du génocide. Les forces armées de chaque Nation en présence reçoivent pour seule mission l'évacuation des ressortissants de leur pays.

Un prêtre catholique anglais et un jeune enseignant coopérant se retrouvent dans le chaos des premières heures de ce massacre. Totalement impuissants, incapables de juguler la haine, ils sont confrontés à leur propre limite : mourir en restant ou vivre en fuyant le pays.





Un film choc...
J'avoue que je n'avais pas une grande connaissance de cette dramatique histoire du Rwanda. 
J'ai pris la mesure de l'horreur devant ce film... Devant cette histoire, tirée de faits réèls et réalisée en collaboration avec des survivants du massacre, j'ai été dérangée par cette violence, par les horreurs qui ont été perpétrées. Le plus bouleversant dans cette histoire là, au sein de ce qui devient un camp de réfugiés Tutsi, ce sont les casques bleus qui n'ont aucun ordre des Nations Unies pour pouvoir intervenir et défendre la population: ils expliquent que leur mandat est d'"observer la paix" entre Hutus et Tutsis !
A l'époque, l'ONU se refusait à employer le terme de "génocide" pour évoquer les agissements des Hutus envers les Tutsis qui se faisaient littéralement hacher à coups de machettes !


Passage particulièrement poignant du récit:
lorsque le camp est évacué (alors attention, quand on parle d'évacuation on n'a évacué que les "blancs", on a bien laissé les "noirs" sur place sachant qu'une fois laissés "seuls" ils seraient exterminés...), un homme Tutsi demande aux casques bleus de tous les tuer avec leurs fusils car ce serait plus rapide qu'agoniser sous les coups de machettes Hutus... Après le refus du soldat, le Tutsi lui demande de le faire "au moins pour les enfants"...


Bien entendu, ces gens n'ont pas eu le choix de leur mort, les "blancs" ont vidé les lieux, les soldats se sont repliés, les Tutsis se sont retrouvés enfermés dans un camp cernés de Hutus qui semblaient n'attendre que ce départ précipité pour attaquer.


Exactement le genre de film passionant, qui fait vibrer, qui fait réagir et réfléchir...
Âmes sensibles s'abstenir !
Pour les autres, je le recommande vivement ;)

jeudi 13 janvier 2011

Bretagne

C'est au son des "Trois Jean" (Tri Yann) que je rédige cet article !
La Bretagne m'a donné envie de réentendre ce groupe français talentueux... Hé oui: la Bretagne c'est tant de choses à la fois ! C'est tout à la fois l'image et le son... Le soleil et la pluie... Le vent et la mer...

C'est beau la Bretagne ! Et nous avons eu de la chance pour notre week-end : le temps réputé pluvieux en ce coin de France, nous a fait une fleur ! 

La première virée s'est faite à Cancale, sous un temps gris mais doux pour un mois de janvier (vous avez vu ? je parle comme une présentatrice météo !) et c'est avec un oeil gourmand que nous avons observé les parcs à huîtres à marée basse, et surtout les étals des pêcheurs !
Malgré la grisaille, le village, les bateaux, échoués en attendant la remontée des eaux, les couleurs font merveilles sur les photos !
Cancale
Cancale, marée basse, janvier 2011
Pour les gourmands...
Les huîtres de Cancale
Mmmmmmh ! Les huîtres bretonnes ! Quel régal ! Celles de Cancale sont la spécialité de là-bas... Elevées dans la baie du Mont Saint Michel, elles vivent les marées les plus fortes du monde ! S'il n'y a pas de l'huître "warrior" là, je ne m'y connais pas !

Puis, sous le soleil, petit détour par Saint Malo, ville des explorateurs, du nautisme, pour arpenter les remparts, admirer les bateaux et faire coucou aux Dinardais en face !
La cité malouine, véritable forteresse, jamais conquise, est magnifique. On reconnait aisément la "signature" de Vauban au fil de la balade. (même si ce monsieur n'est pas le seul à l'origine de l'architecture de la forteresse dont l'édification a débutée au XIIéme siècle...)
Saint Malo, les remparts, la Tour Bidouane, janvier 2011





Toc toc toc...

Habituée, par temps froid, à mettre des boules de graisses aux mésanges et rouge-gorges de mon jardin, j'ai été surprise de voir que des oiseaux aussi gros que les goélands, ne se privent pas d'aller mendier pitance (ou de se rincer l'oeil ?) aux fenêtres des Malouins !

Tout de même, quel culot ! ( à moins qu'il ne s'agisse d'une mauvaise habitude donnée par l'homme..........)










Pas farouche l'animal !

Le port de Saint Malo, janvier 2011
Cette magnifique découverte des côtes bretonnes nous a ensuite poussés jusqu'à la Normandie toute proche... En effet, en amateurs de belles pierres, d'histoire et de découvertes que nous sommes, nous ne pouvions pas quitter la région sans nous rendre au mythique Mont Saint Michel:
Inscrit au patrimoine mondial par l'UNESCO depuis 1979, l'histoire du site commence en 709 avec la construction d'une première église, un sanctuaire, en l'honneur de l'archange Saint Michel. Puis l'endroit se développe au fil du temps. Des moines Bénédictins vont s'y installer.
De la révolution à 1863, le Mont Saint Michel fut même une prison.
Il semble que l'endroit soit depuis toujours un lieu de pèlerinage majeur: on y assiste, à toutes les saisons, à de longues processions de touristes provenants des 4 coins du monde !

L'abbaye du Mont Saint Michel

Au pied d'un tel monument, on se sent vraiment minuscule !
L'architecture est impressionante et l'on ne peut s'empêcher de penser à tout ceux qui ont sué sang et eau pour la construction d'un tel édifice !

Pour conclure, je dirais qu'un seul week-end là-bas ne donne qu'un échantillon des merveilles à voir en Bretagne et en Normandie...
La basse saison reste toutefois un moment idéal pour échapper à la cohue de touristes qui se pressent sur les lieux. Et si le temps est de la partie, les visites n'en sont que plus délicieuses !