lundi 26 juillet 2010

Zoé...


Chez les voisins, tous les ans, Zoé ressort de sa cachette...
Aujourd'hui je décide de faire d'elle une star et de lui consacrer un article !

Zoé, petite tortue toute "mignonette" qui se promène tranquille dans un très grand et joli parc... Pas facile de la trouver dans toute cette végétation ! Il y a plein d'endroits où échapper aux paparazzi !
Et c'est qu'elle court la bête ! Elle file entre les iris et les fraisiers, et vite qui plus est, pour un animal aussi chargé ! 
En revanche, lorsqu'une tomate (du jardin) est laissée sur son chemin, dame Zoé s'octroie une pause et s'en délecte...

J'ai beaucoup cherché, via mon ami "google", pour identifier sa race...
Pas facile, il y a tant de choses à regarder !
Peut-être est-elle une tortue des Balkans...
Si quelqu'un d'autre a une idée sur la "marque" de Zoé, merci d'avance de m'aider ;)

mardi 20 juillet 2010

Souris d'agneau confites à l'huile d'olive et au miel.

Un petit plat gourmand pour un petit repas en tête-à-tête...
Simplissime, rapide à préparer (mais long en cuisson...) et délicieux !


Ingrédients:

- 2 belles souris d'agneau
- 8 Cuillères à Soupe d'huile d'olive
- 3 Cuillères à Soupe de miel
- 2 Cuillères à Soupe de thym
- Les gousses d'une tête d'ail


*Préchauffer le four à 180°.
*Dans une casserole, faire chauffer l'huile d'olive et le miel jusqu'à' à l'obtention d'un sirop homogène.
*Dans une cocotte, déposer les 2 souris d'agneau, les gousses d'ail non épluchées puis verser le mélange huile/miel ainsi que le thym.
*Fermer la cocotte et enfourner.
*Au bout d'1h30, vérifier la cuisson, retourner les souris d'agneau puis cuire de nouveau 1h30 en surveillant régulièrement et en rajoutant de l'eau si besoin...


Bon appétit ! 




La souris après cuisson... (La photo n'est pas de moi car hélas, nous avons dévoré sans prendre le temps de photographier...)
La viande se détache facilement de l'os, est moelleuse et douce...
Mmmh ! Quel régal !!!

lundi 19 juillet 2010

Petites bêtes...

     J'ai ressorti la grosse artillerie photographique pour faire joujou sous le soleil de juillet !
Et sur mes fleurs de Bourrache, il y a une activité de folie: abeilles, bourdons, mouches, pucerons, coccinelles... Un peuple !!!! Pire que sur une plage !!!













     Commençons par nos amies les abeilles qui apprécient particulièrement cette jolie plante aux fleurs bleues....





     Voici ensuite une coccinelle acrobate qui a élu domicile dans une colonie de pucerons ! On ne pouvait pas rêver mieux question "insecticide"...


     Place à un "gros porteur": un beau bourdon...


Photos by Wal, juillet 2010





L'ÉTÉ SERA CHAUD, L'ÉTÉ SERA CHAUD !!!

Hier, ma très chère amie Dup me lance un défi "pas piqué des hannetons":


cette lectrice qui se goinfre de bouquins à la vitesse du cheval au galop, ultra branchée littérature avec un petit penchant pour les polars suivi de près par la fantasy me propose un challenge littéraire, que dis-je ? Me propose LE challenge littéraire de l'été, j'ai nommé:


Les Harlequinades 2010


organisées par Happyfew et Chiffonnette, il s'agit de la seconde édition de ce "trip" littéraire !
Je vais donc, pour vous chers amis, lire un roman Harlequin (ou assimilé) et vous en faire une chronique digne des vraies, des pures chroniques littéraires les plus sérieuses !

Il s'agit pour moi de mon premier challenge ! Si, si,mon tout premier ! Je suis touté émue, j'en aurais presque la larme à l'oeil.....
Surtout devant ce si beau logo:


Voila ! tout est dit !
Cet été, j'me fais un Harlequin ! 

mercredi 14 juillet 2010

Gourmandise estivale...

Les dernières fraises des bois !!!


Laissez moi vous assurer qu'après tant de jours de soleil, leur goût est magnifique ! Elles sont sucrées et parfumées, c'est un régal...


Wikipédia nous dit
Le fraisier des bois (Fragaria vesca) est une espèce de plantes herbacées vivaces de la famille des Rosaceae. C'est l'un des fraisiers sauvages les plus répandus.


Leur récolte est lente et fastidieuse (et résister à la tentation de les dévorer au fur et à mesure qu'on les cueille est un supplice !) mais pour qui a la patience, les préparer ensuite en confiture ou en sorbet sera un pur délice !



Où on va, papa ? de Jean-Louis Fournier



"Cher Mathieu, cher Thomas,
Quand vous étiez petits, j ai eu quelquefois la tentation, à Noël, de vous offrir un livre, un Tintin par exemple. On aurait pu en parler ensemble après. Je connais bien Tintin, je les ai lus tous plusieurs fois.
Je ne l ai jamais fait. Ce n était pas la peine, vous ne saviez pas lire. Vous ne saurez jamais lire. Jusqu à la fin, vos cadeaux de Noël seront des cubes ou des petites voitures... "

Jusqu à ce jour, je n ai jamais parlé de mes deux garçons. Pourquoi ? J avais honte ? Peur qu on me plaigne ?
Tout cela un peu mélangé. Je crois, surtout, que c était pour échapper à la question terrible : « Qu est-ce qu ils font ? »
Aujourd hui que le temps presse, que la fin du monde est proche et que je suis de plus en plus biodégradable, j ai décidé de leur écrire un livre.
Pour qu on ne les oublie pas, qu il ne reste pas d eux seulement une photo sur une carte d invalidité. Peut-être pour dire mes remords. Je n ai pas été un très bon père. Souvent, je ne les supportais pas. Avec eux, il fallait une patience d ange, et je ne suis pas un ange.
Quand on parle des enfants handicapés, on prend un air de circonstance, comme quand on parle d une catastrophe. Pour une fois, je voudrais essayer de parler d eux avec le sourire. Ils m ont fait rire avec leurs bêtises, et pas toujours involontairement.
Grâce à eux, j ai eu des avantages sur les parents d enfants normaux. Je n ai pas eu de soucis avec leurs études ni leur orientation professionnelle. Nous n avons pas eu à hésiter entre filière scientifique et filière littéraire. Pas eu à nous inquiéter de savoir ce qu ils feraient plus tard, on a su rapidement ce que ce serait : rien.
Et surtout, pendant de nombreuses années, j ai bénéficié d une vignette automobile gratuite. Grâce à eux, j ai pu rouler dans des grosses voitures américaines.


Mon avis:

Ce n'est pas qu'un livre: c'est une "tranche de vie"...
Si vous l'avez sous la main, une trentaine de minutes devraient vous suffire à découvrir ce magnifique témoignage...

Jean-Louis Fournier n'a pas eu un mais deux enfants handicapés...
Et il parle d'eux avec une immense tendresse et beaucoup d'humour.

On y perçoit cette terrible déception d'avoir "raté" ses enfants, ce remord d'être à l'origine de leur existence si triste et difficile, cette fatigue d'avoir à les "supporter"...
Et surtout, il y a cette sincérité, sous forme d'humour, Jean-Louis Fournier évoque les pensées qu'il a eues de voir leur existence s'abréger, aussi bien pour lui que pour eux.

J'ai trouvé ce livre formidablement juste et bien écrit.
Et je vous le recommande fortement... 


Quelques extraits:

"Quand je pense que je suis l'auteur de ses jours, des jours terribles qu'il a passé sur Terre, que c'est moi qui l'ai fait venir, j'ai envie de lui demander pardon."

"Où on va, papa ?
-On va à Lourdes.
Thomas s'est mis à rire, comme s'il comprenait.
Ma grand-mère, assistée d'une dame d'oeuvres, a essayé de me convaincre d'aller à Lourdes avec mes deux garçons. Elle veut me payer le voyage. Elle espère un miracle.
C'est loin, Lourdes, douze heures de train avec deux mioches qu'on ne peut pas raisonner.
Ils seront plus sages au retour, a dit bonne-maman. Elle n'a pas osé dire "après le miracle".
De toute façon, il n'y aura pas de miracle. Si les enfants handicapés, comme je l'ai déjà entendu dire, sont une punition du Ciel, je vois mal la Siante Vierge s'en mêler en faisant un miracle. Elle ne voudra certainement pas intervenir dans une décision prise en haut lieu.
Et puis là-bas, dans la foule, les processions, la nuit, je risque de les perdre et de ne plus jamais les retrouver.
Ce serait peut-être ça, le miracle ?"

"Il y a aussi ceux qui disent: "L'enfant handicapé est un cadeau du ciel." Et ils ne le disent pas pour rire. Ce sont rarement des gens qui ont des enfants handicapés.
Quand on reçoit ce cadeau, on a envie de dire au Ciel: "Oh ! Fallait pas...""

dimanche 11 juillet 2010

Tag de l'été !

    Mes amies bloggeuses m'ont tagguée... Dup et Phooka de Book en stock, ainsi que Didi de Les curiosités de Didi, deux blogs que je vous recommande chaudement ;)
"Tagguée".....J'étais perplexe devant ce mot... 
Comment ça "on m'a tagguée" ? Qu'est ce donc que cela ? ça fait mal ? ça mange quoi ? 


    J'y ai mis le temps mais j'ai pigé ! C'est donc avec plaisir que je réponds à ce tag qui circule sur la toile, de blog en blog !




Signes particuliers:


     Je suis une Taupe croisée Poisson Rouge, tatouée, piercée, heureuse détentrice d'un Fox Terrier à poil dur, d'une plante en pot et d'une belle-mère, je vis à la campagne où je cultive les "mauvaises herbes" !
    L'été j'aime bien caresser les abeilles et les bourdons qui butinent...
    Mon mari dit aussi que je suis née avec un gène japonais... à cause des milliers de photos que je fais tout le temps...Rolling Eyes




Défauts:


      Moi ? Des défauts ? Je suis la perfection incarnée !!!


     Timide et mal assurée, râleuse... Quand on me cherche où que je ne réponds pas c'est que je suis probablement dans la lune....



Mauvais souvenirs:


     Je ne sais pas trop quoi dire...
J'ai sûrement de mauvais souvenirs mais rien de spécial à partager ici !!!
Si, peut être ce fameux 11 septembre 2001 où nous nous rappelons à peu près tous de ce que nous faisions: j'étais stagiaire dans une entreprise de transport routier, à l'affrêtement, et je me demandais ce que les chauffeurs racontaient comme horreurs....


Films "bonne mine":


     Je ne serais pas très originale en citant comme Didi:
Le père Noël est une ordure,
Les bronzés font du ski,
     et j'y ajouterai:
Marche à l'ombre,



Le dîner de cons,


Bienvenue chez les Ch'tis,


American Pie Marions-les...


     De petits moments de bonne humeur qui me font toujours bien marrer !
Et en cherchant bien je suis sûre que je peux en trouver encore !!!




Souvenirs d'enfance:


     Mes souvenirs d'enfance remontent à loin et sont nombreux: 
en maternelle quand nous faisions de la "terre douce" en écartant le sable jusqu'à la terre et que nous frottions pour obtenir une terre fine et douce qui ne nous servait à rien !
Mon opération des amygdales et les glaces que j'avais le droit de manger pour calmer la douleur !
Mais aussi les mercredis après-midi passés dans les cerisiers avec mon amie d'enfance Aurélie,
Les grandes vacances avec mes cousins Marie et Nico, les après-midis passés chez notre Mamy à pêcher les tétards et capturer les sauterelles, les lézards... et les supers goûters avec les belles tartines de Nutella et les verres de Schweppes ! (Et aussi un atelier "Pâte à sel" qui a fini en bataille de farine et d'eau... oups ! désolée ma tatan pour le ménage derrière !!!)
Les tartes aux pommes de ma Mémé, et ses pâtes au beurre ! 
Les promenades sur la Croisette avec mes parents, ma soeur, ma cousine Flo...


     Tant et tant de choses, 
Que c'est loin tout ça, que c'était beau !




alors maintenant, c'est à vous Alcapone ?, Jolibambi si tu passes par là ?, Pat également quand tu auras 5 minutes et tout ceux que ça botte !
c'est drôle et ça replonge dans les souvenirs ces petites questions !
Il paraît même qu'il est rafraîchissant ce tag alors pour vous, voila une photo de mon cru que je trouve rafraîchissante: 
à fleur d'océan...



Soucis...... (Calendula officinalis)

    Depuis quelques années, mon jardin voit refleurir à chaque printemps une multitude de "soucis" ! Mais ceux-ci sont les bienvenus tellement ils égayent de leur couleur vive: jaune orangé...
    Calendula officinalis est son "taxon" (c'est-à-dire sa désignation officielle, son nom correct pour être sûr de ne pas se tromper si jamais on veut parler de ses fleurs avec un touriste cambodgien à l'occasion d'un voyage au Pérou...!!!)

    Calendula officinalis... ça ne vous rappelle rien ? Cherchez bien ? 

Ce nom, on le retrouve dans nombre de crèmes aux vertues cicatrisantes, adoucissantes...
Wikipédia ainsi qu'un de mes vieux livres nous disent que calendula officinalis "a des propriétés anti-inflammatoires, anti-œdémateuses, antioxydantes, anti-virales, anti-tumorales et immunomodulatrices".
Rien que ça !
Le souci n'est  donc pas que joli et décoratif, il s'agit une fois de plus d'une très ancienne plante médicinale...!

jeudi 1 juillet 2010

Retour à Rédemption de Patrick Graham

Avocat d'affaires, Peter Shepard a tout pour être heureux : la fortune, une femme belle et aimante, deux petites filles irrésistibles. Pourtant, certains jours, l'angoisse l'étreint à tel point qu'il doit aller s'asseoir sur un banc dans un parc. Toujours le même banc, toujours la même angoisse. Shepard redoute le pire : le big one, ce tremblement de terre dont tout le monde sait qu'il finira par engloutir San Fransisco.
Et le pire advient. Mais ce n'est pas la terre qui a tremblé, c'est le passé qui a ouvert une brèche sous ses pieds et l'a plongé en enfer, dévorant sa famille et le laissant avec l'obligation de se souvenir qu'il y a vingt ans, six enfants s'étaient fait une promesse dans un cachot, afin de repousser les ténèbres.
Une promesse qu'il a trahie.
Il est temps pour lui de retourner à Redemption.



Mon avis (qui date du 02 mai !!!):

Ce matin, en me levant, j'ai fait un pacte avec moi-même... 
Je me suis jurée que je finirais Retour à Rédemption avant le soir...
Plus question de devoir le refermer pour dormir, pour bosser, pour partir faire les courses, étendre une lessive.... Non, pas moyen de laisser la "vraie vie du dehors" m'arracher à ses pages !

Ce bouquin est énorme (je sais, ma copine Dup l'a déjà dit !  )
C'est un truc de fou ! On se fait embarquer dès les premières lignes et on a plus envie de le poser, ou alors on ne fait que penser à eux: les "Enfants Perdus" de Rédemption...

Rédemption est un "camp de redressement" pour ados meurtriers, voleurs, violeurs, violents, bref, pour jeunes racailles de tous poils et toutes provenances que le Révérend Esterman, tout de blanc vêtu, s'est juré de remettre dans le droit chemin et de purifier...

Mais l'histoire ne commence pas à Rédemption... On commence avec Peter Shepard, brillant avocat père de 2 petites jumelles, marié à une belle femme... on sent qu'il a un truc qui le taraude mais à part ça, on se dit qu'il a vie pas dégueu le type !!!

Puis très vite, l'histoire devient particulièrement horrible... ça vous prend les tripes et ça vous retourne à l'intérieur tellement c'est hard...

Les horreurs du présent font resurgir le passé de Peter...

Son passé quand il était amoureux de Wendy, en cavale avec elle puis au centre de Rédemption où ils ont intégré la bande des Enfants Perdus avec qui ils ont noué de forts liens d'amitiés et fait un pacte......

Les chapitres alternent alors entre le passé et le présent...
On fait connaissance avec la bande des Enfants Perdus et on s'attache à eux... Oh oui on s'attache à ces gosses écorchés vifs que la vie semble ne jamais plus vouloir épargner... On est avec eux au milieu des détenus de Rédemption, on s'assoit avec eux sur les planches au milieu des orties où ils se réunissent en secret pour fumer des branches de sureau, on tremble avec eux lorsque....
non, faut pas que j'en dise plus ! ce serait risquer de trop en dévoiler !
On comprend alors mieux ce présent que le passé a fini par rattraper...
Les interrogations et les mystères se lèvent et se dévoilent au fil des pages, révélant des atrocités de pire en pire !  Shocked
Et il y a ce pacte... Quel est-il ? Que sont devenus tous ces gamins ?

Patrick Graham nous signe ici, à mon avis, le meilleur de ses 3 romans !
C'est du grand, du très grand thriller ! Un épouvantable road-movie, haletant et angoissant, difficile à refermer !
Comme du King à ses débuts !

C'est sans la moindre hésitation que je vous recommande cette petite merveille !
 

Potens d'Ingrid Desjours

Trop d'intelligence rendrait-il inhumain ? Potens fait couler beaucoup d'encre. Beaucoup de sang aussi. A la suite du meurtre barbare de Charlotte, une de ses membres les plus dépravées, Potens se retrouve dans la ligne de mire de la psycho-criminologue, Garance Hermosa. Club pour surdoués, Potens est souvent décrit comme un repaire de génies asociaux et névrosés, parfois décrié et accusé de véhiculer des idéaux eugénistes. Infiltrée dans le club, la jeune femme défie un assassin aussi habile que manipulateur. Exercice d'autant plus périlleux qu'un événement tragique la renvoie à un passé qu'elle aurait préféré oublier... Potens : l'intelligence, c'est d'en sortir. Vivant. Après Echo, Ingrid Desjours signe un deuxième thriller machiavélique qui vous conduira là où votre imagination n'aurait jamais osé s'aventurer.



Mon avis:

Me voila confortée dans mon idée: j'aime ce qu'écrit Ingrid Desjours !
"Potens" est son dernier roman (et le 2ème), après "Echo".

Nous nous retrouvons plongé dans le petit monde très fermé des génies, des "Pontes" parmi lesquels un meurtre absolument ignoble a eu lieu...
Garance Hermosa, la super psy découverte dans "Echo" mène l'enquête au coeur même du groupe Potens, génie parmi les génies... Le commandant Patrick Vivier est lui aussi de la partie...

Pour celles et ceux qui ont lu "Echo", on fait ici plus ample connaissance avec les enquêteurs, et on comprend mieux les "petits travers" de Garance.

Côté polar, c'est du lourd, du très lourd...
On fait connaissance avec les principaux membres de Potens sans trop savoir ou cela va nous mener parce qu'on a eu le temps de se faire une petite idée de qui est le tueur... Erreur monumentale avec la plume d'Ingrid Desjours !!!! On "pense" avoir une idée, on émet une hypothèse pour soi-même, mais on est déjà mené par le bout du nez depuis le début......
En fait, on se rend compte que tous sont suspects !!! Tous ces Pontes qu'on nous a présentés avaient une bonne raison d'occire la victime !!!
Et jusqu'à la fin, l'idée du départ qu'on avait se fait démonter, mettre en pièces, décortiquer et....
on avait tout faux !!!

Un coup de maître, à lire absolument !