mardi 25 novembre 2014

Jeunesse: Citrons ! de Corinne Dreyfus

Corinne Dreyfuss nous présente là une variation très citronnée ! On compte les troncs : un, deux, trois, quatre, cinq... et CITRONS ! Après avoir compté, on ramasse... 100 citrons ! Et pourquoi pas 106 troncs ? Puis on scie..., puis on chasse (le sage chien), enfin, on recompte. Les troncs ? Non, les citrons tombés ! Idéal pour travailler le son/le sens/la prononciation/les chiffres.









Livre reçu grâce à Masse Critique de Babélio.

Quand on a l'ouvrage en main, on se dit que c'est vraiment un livre pour les petits petits... 
Et puis, en tournant les pages, le peu de texte se dévoile: et il n'est pas simple au 1er abord pour de jeunes oreilles qui n'ont pas encore l'habitude des jeux de mots/de sens... Ce livre est en effet bourré de "virelangues" !

Je repense du coup à mon neveu quand il était tout petit petit et que je n'arrivais pas à lui expliquer la nuance entre "Jean" et "gens"...
Il se demandait pourquoi on causait de papy à toutes les sauces et surtout pourquoi il semblait être "plusieurs" quand il nous entendait parler "des gens" !!! Quelle galère de lui expliquer, de lui montrer les mots écrits (même si ça m'a bien fait rire sur le coup !).......

Alors je suis sceptique devant ce livre...
C'est amusant certes, de jouer avec les mots... La langue française est riche de ces phrases rigolotes mais difficiles à prononcer, où l'on doit se concentrer pour bien prononcer sans dire de bêtises !
Donc les petits petits y trouveront-ils une histoire amusante par sa sonorité ?
Ou seront-ils ennuyés par ces sons si semblables ?
Tous ces troncs, ces six troncs, ces citrons, ces troncs qu'on scie, etc.....

Ou alors avec de la patience et du talent pour leur conter cette étrange histoire...
On peut y trouver son compte aussi si l'on a envie de faire vraiment travailler la prononciation... mais il ne faudrait pas non plus que la lecture devienne une contrainte ou qu'elle y ressemble...


Au-delà des mots, je n'ai pas adhéré aux dessins... Je n'aime pas ce style trop épuré, je le trouve trop froid, pas engageant...
Et puis dans cette histoire, si courte soit elle, on a le temps de voir 
-ces 2 gosses qui scient des arbres.... étrange comme activité enfantine.... et puis je suis un peu comme Idéfix: je n'aime pas qu'on coupe les arbres comme ça, gratuitement... c'est triste... surtout des citronniers chargés de fruits... ça n'a ni queue ni tête cette histoire !
-et un petit chien se faire chasser à coup de pistolet (à ventouses, mais quand même....)
Bof, bof, bof....


Bref, je ne suis pas du tout convaincue par ce livre...
Ce qui est certain, c'est que je n'oserai même pas l'offrir en cadeau (J'aurais peur que le destinataire croit que je n'aime pas ses enfants ! )

lundi 1 septembre 2014

Ces lieux sont morts de Patrick Graham

Personne ne voudrait se perdre dans les lieux morts de la conscience...

Le docteur Eric Searl du Good Samaritan Hospital de Los Angeles ne vit que pour les « endormis ». Ceux qu'un accident ou qu'une maladie a plongé dans un coma profond et qu'il faut accompagner vers le réveil... ou la mort. Searl serait un pur héros s'il s'occupait aussi des « éveillés », et en particulier de sa propre famille.
C'est bien pour cela que Rebecca, sa nouvelle compagne, le maudit lorsqu'il rate leur avion à la veille de Noël et qu'elle se retrouve à conduire les trois enfants de Searl dans le chalet familial. Un lieu totalement isolé en plein coeur des Rocheuses. Malgré une tempête de neige épouvantable, Rebecca arrive tant bien que mal à bon port.
Sa seule erreur de parcours aura été de vouloir sauver un jeune auto-stoppeur du froid. Un auto-stoppeur bègue qui lui a menti sur sa destination. Lorsque Searl prend la peine d'appeler Rebecca, ce qu'il entend à l'autre bout du fil, ce sont des portes qui claquent, les hurlements de siens, etL'Enlèvement au Sérail. Puis cette voix, glaçante : « Àààà votre plaaace, je deviendrais complètement fffou, doc. » La voix de celui qui a agressé sa famille et enlevé sa petite fille. Pour Searl, le compte à rebours a commencé...




Tout d'abord, je remercie Book en stock et Fleuve pour ce super partenariat à l'occasion du MOIS DE... Patrick Graham (toujours chez Book en stock pour les connaisseurs et les autres !)



Mon avis:

J'adore les romans de Patriiiiiiiiick Graham. L'évangile selon Satan , L'apocalypse selon Marie, Retour à Rédemption, tous ces titres sont de pures merveilles de lectures ! 
Donc autant vous dire que ce partenariat, j'ai été honorée d'y participer et de pouvoir découvrir le petit dernier de Mr Graham...

Une fois encore, je ne suis pas déçue: un roman haletant et angoissant. Plein de surprises, de rebondissements... De l'inattendu au détour de chaque page ! 

Une plume en or je vous dis ! 
Quelle écriture... J'aime ces livres où l'on se fait happer en quelques lignes. 

Le Dr Eric Searl est un personnage extraordinaire. Un médecin génial mais avec un côté glacial, empreinte laissée en lui par un coma. 
Le coma, le fil conducteur de cette histoire. Et qui représente toute la vie de Searl...
Il travaille pour et auprès des "endormis" afin qu'ils ne se perdent pas dans les lieux morts de leur cerveau...

Cette "façon de voir" m'a fait froid dans le dos !
(Et j'aime bien avoir froid dans le dos en lisant un livre !!)

Cet homme dévoué corps et âme à son travail va donc laisser sa nouvelle compagne se rendre avec ses 3 enfants (à lui) au chalet familial pour passer les fêtes de Noël...
Mais sur la route, au coeur d'une tempête hivernale, Rebecca et les enfants vont rencontrer de sérieux problèmes...

Il y a aussi ce brave shérif: Ed Crawley. Le genre de gars comme on n'en fait plus ! Un vieux de la vieille, attachant et professionnel jusqu'au bout malgré la maladie qui le ronge...

Egalement l'étrange Mila et ses dessins...

Et surtout, il y a le tueur...
Un dangereux manipulateur. Un psychopathe, un vrai de vrai, intelligent et sournois... 
Un assassin sans coeur, sans affects, au passé effroyable... 

Un thriller profondément angoissant... On y croise la folie des hommes, celle où le mal se niche avant d'éclater au grand jour dans le sang et la mort...
Et le meilleur, eh bien je pense qu'il reste à venir...

Parce que ça flaire bon la suite cette affaire là !   
(surtout si Marie Parks revient !)




mercredi 11 juin 2014

Seul le silence de R.J. Ellory

Joseph Vaughan, écrivain à succès, tient en joue un tueur en série, dans l’ombre duquel il vit depuis bientôt trente ans. Joseph a14 ans lorsqu’il découvre dans son village de Géorgie le corps horriblement mutilé d’une fillette assassinée. La première victime d’une longue série qui laissera longtemps la police impuissante. Des années plus tard, lorsque l’affaire semble enfin élucidée, Joseph décide de changer de vie et de s’installer à New York pour oublier les séquelles de cette histoire qui l’a touché de trop près. Lorsqu’il comprend que le tueur est toujours à l’œuvre, il n’a d’autre solution pour échapper à ses démons, alors que les cadavres d’enfants se multiplient, que de reprendre une enquête qui le hante afin de démasquer le vrai coupable, dont l’identité ne sera révélée que dans les toutes dernières pages.

R. J. Ellory est né en 1965. Après l’orphelinat et la prison, il devient guitariste dans un groupe de rock, avant de se tourner vers la photographie. Seul le silence est son premier roman publié en France.


MON AVIS:

GROS GROS GROS COUP DE COEUR pour ce roman noir !!!! Un chef-d'oeuvre !!!

600 pages de délectation !
L'histoire est tellement prenante qu'on ne se rend même pas compte qu'on tourne les pages, que le temps passe, que Joseph Vaughan le personnage principal grandit...
On fait littéralement partie du récit. On est tenu en haleine jusqu'au bout car le dénouement, bouquet final, survient vraiment au tout dernier instant !

Quel suspens, mené de main de maître et surtout admirablement servi par la traduction.

Que dire d'autre ? 
Il y a tout ce qu'il faut dans ce livre: de l'amour, de la vie, de la mort, un insaisissable tueur en série, des bourgades paisibles de la Géorgie et un New York flamboyant où tout semble possible et surtout cette insondable noirceur... Car c'est avant tout un roman noir... 
Depuis l'adolescence de Joseph Vaughan, l'ombre d'un meurtrier plane sur Okefenokee et les comtés alentours... Des petites filles disparaissent et sont retrouvées atrocement mutilées. 
"Ailleurs" la seconde guerre mondiale sévit et fait beaucoup de morts, hâtise la haine envers les allemands, cherche des coupables des maux du monde... D'ailleurs, les voisins des Vaughan sont allemands, donc soupçonnés...
Le serial killer, est le "fil rouge" du roman. Il va tenir une place imposante dans la vie de Joseph Vaughan. Un coin d'horreur absolue tapie quelque part dans son esprit... Toujours présente, prête à resurgir à l'improviste et tellement entêtante qu'il aura besoin de réponses à la question "qui?"...

Tout, dans les moindres détails est relaté avec une justesse et une passion remarquables. Je ne trouve pas mes mots pour dire à quel point cette lecture aura été marquante dans ma carrière de lectrice affamée de thrillers, c'était tout simplement divin.

Seul le silence fait partie de ces livres qui, une fois refermés, vous laissent dans une sorte d'état second suivi de la déception que cela soit déjà terminé.

A LIRE ABSOLUMENT !

mercredi 28 mai 2014

Tuez qui vous voulez d'Olivier Barde-Cabuçon

Hiver 1759. Alors que s’élèvent les fusées multicolores d’un splendide feu d’artifice donné par le roi à son bon peuple de Paris, un inconnu est assassiné dans une ruelle. C’est le troisième jeune homme retrouvé égorgé et la langue arrachée. Mais cette fois, la victime est russe.
Le commissaire aux morts étranges se charge de l’affaire dans une atmosphère aussi singulière que les meurtres dont il a la charge : les miracles se multiplient au cimetière Saint- Médard, et des femmes se font crucifier dans des appartements discrets pour revivre les souffrances du Christ ; les rues de Paris s’enfièvrent à l’approche de la fête des Fous qu’un mystérieux inconnu invite à ressusciter ; la cour, quant à elle, est parcourue de rumeurs au sujet du mystérieux chevalier d’Éon, secrétaire d’ambassade à Saint-Pétersbourg et, dit-on, émissaire du Secret du roi, une diplomatie parallèle mise en place par Louis XV…
Les tensions s’exacerbent dans les quartiers populaires. Sartine, le lieutenant général de police, craint des débordements car le peuple est seul maître de la rue. Quant au moine, oubliant son âge, il semble se laisser gagner par l’esprit de cette antique fête, où les fous deviennent sages et les sages fous.
La royauté est menacée, les interdits transgressés. L’ordre social est-il en train de s’inverser ? Le commissaire aux morts étranges garde la tête froide et mène l’enquête.




Mon avis:


Grand merci aux Editions Actes Sud et à mon ami "GdB" de m'avoir permis de lire ce 3e opus des enquêtes du Commissaire aux morts étranges.

Un très bon polar historique comme Olivier Barde-Cabuçon nous habitue à en lire. 
On est plongé direct dans le bain avec un meurtre qui fait trembler (le doute s'est insinué en moi, et j'ai tremblé, si si !) ! L'assassin ne fait pas dans la dentelle: il égorge, il arrache les langues... Très prometteur comme cadre !
Le Chevalier de Volnay et son moine de père ont du pain sur la planche et une lourde enquête à mener pour retrouver ce meurtrier avant que la capitale n'entende parler des horreurs qui se déroulent dans ses rues...

Toujours très documenté, ce roman nous fait découvrir quelques pans bien sombres et tordus de l'Histoire sur fond de Fête des fous.
L'écriture elle, est toujours aussi riche de détails qui donnent de la véracité au récit. La vie quotidienne du Paris fin XVIIIe est extrêmement bien relatée. On s'y croirait: c'est un Paris grouillant de vie et de personnages étranges: les jansénistes et leurs violentes cérémonies "religieuses" dédiées à la souffrance, les apothicaires et leurs mixtures/potions diverses... 
Et comme toujours, on apprends beaucoup de choses: j'ai particulièrement apprécié "l'anecdote" à propos de la Place de Grève et de l'expression "se mettre en grève".... Plutôt étonnant:
On se "mettait en Grève"(donc on allait sur la place de Grève) pour signifier que l'on cherchait du travail ! 

Une fois de plus, nous avons affaire à une "guest star": le jeune et mystérieux Chevalier d'Eon revenu de Russie se retrouve au coeur de l'affaire. Entre lui et Volnay, on sent parfois monter la tension. 
Soupçons, secrets bien gardés, vérité dissimulée... Difficile de bien s'entendre et de se faire confiance dans cette enquête riche en rebondissements.

Nos personnages préférés "s'étoffent" beaucoup dans cette aventure. Notre Chevalier de Volnay s'humanise enfin ! Ouf ! Même s'il garde encore beaucoup de réserve et de pudeur on découvre en lui un homme un peu moins "coincé", galant et bon. Quand à son père, épicurien génial, une sorte de mélancolie semble l'avoir gagné alors qu'il reconnaît en Hélène son double, son âme soeur... 
Tout ce beau monde a beaucoup mûri depuis les 2 premiers volets. 

En bref, le suspens est toujours au rendez-vous et dure jusqu'aux dernières pages.
Un très bon moment de lecture, un roman agréable et au rythme plus calme que les derniers pavés sanguinolents que j'ai lus !

Petit traité de l'infidélité de Kenza Braiga

Le 4e de couv':
Infidèle moi ? Jamais ! Et s'il (ou elle) avait sauté le pas ? Quels sont les signes qui ne trompent pas ? Prendre un amant ou une maîtresse pour mettre du piment dans son couple ? Je suis bien tenté(e)... mais comment ne pas me faire pincer ? 

Kenza Braiga répond à toutes les questions que vous n'avez jamais osé poser sur l'infidélité. 


UN PETIT TRAITÉ INDISPENSABLE POUR TOUS LES JEUNES (ET LES MOINS JEUNES) COUPLES !






Livre reçu dans le cadre de l'opération Masse critique avec Babélio.

Mon avis:

Le résumé de mes impressions sera "BOF"...
Heureusement que ça se lit vite... Je n'ai pas pris de plaisir à tourner les pages de cet ouvrage... 
Au départ j'ai du le sélectionner lors de Masse critique en pensant avoir affaire à un livre très drôle. Mais non. A part une série de poncifs, Mme Braiga n'a rien inventé sur le sujet. 
Cela se veut humoristique et sérieux à la fois car bourré de conseils, d'astuces, d'idées (notamment pour chercher à piéger son conjoint sur lequel on aurait des doutes... Perso j'ai trouvé cela atterrant... Sans doute parce que je n'attendais pas cela...)
Je n'ose pas m'étendre sur ce bouquin, il m'a déplu je ne me sens pas capable d'en dire du positif...
Je dois bien l'avouer, je me suis complètement plantée en le sélectionnant: ce type de lecture ne me correspond pas. Et je ne vois pas non plus l'intérêt d'écrire cela ? Si encore c'était réellement poilant, OK, je comprendrais... 
Au départ c'est une "enquête"... D'accord... Admettons... 
Il paraît même que c'est un livre "qui fait grand bruit" (la veille de sa sortie, dixit public.fr !!!!!!) et qui est aussi la 6e "oeuvre" d'une ex candidate de loft story...
Du coup je pige mieux pourquoi je n'adhère pas peut-être...? Les spécimens qui se sont mis en avant durant ce navet m'ont laissée de marbre. Et a priori, depuis ce fameux loft, j'ai l'impression que certains ne désespèrent pas de continuer à survivre dans le milieu people...
Eh bien je préfère passer mon chemin, cette "oeuvre" ne vaut pas le détour et ne restera pas dans ma bibliothèque...


vendredi 18 avril 2014

Lignes de sang de Gilles Caillot

Richard Granjon, écrivain à la dérive, voit dans son prochain roman l’ultime chance de relancer sa carrière. Isolé dans une maison de campagne, il veut que son texte soit noir, angoissant, sanglant, aux antipodes de ses précédents livres, plutôt édulcorés.
Mais la tranquillité de sa retraite va être soudainement ébranlée. Via d’obscurs réseaux du web, il est manipulé et poussé à bout par un mystérieux tueur dénué de toute humanité. Sa période d’écriture se transforme petit à petit en véritable cauchemar.
De leur côté, les lieutenants Depierre et Amarante de la Criminelle de Lyon, traquent depuis longtemps un homme qui sème sur sa route des cadavres de jeunes femmes, horriblement mutilés. L’enlèvement de Camille, leur coéquipière, les précipitent en enfer.
A la frontière du virtuel, commence alors leur enquête la plus terrifiante…
MON AVIS
Un bon thriller acheté aux Quais du polar 2013 (comment ça je suis en retard de lecture ??)
Je me souviens d'ailleurs d'avoir demandé à Mr Caillot de me conseiller ses livres les plus noirs et les plus sanglants... 
Autant dire que de ce côté ci, je ne suis pas déçue ! J'avoue même avoir ressenti de la gène et de l'horreur à la lecture des scènes de crime !
Bravo ! Je suis assez difficile à émouvoir, le contrat est donc rempli !
Ce que j'aime aussi, hormis le fait que c'est un polar très, très noir, c'est que les faits et l'enquête se déroulent "pas loin de chez moi". Gilles Caillot est lyonnais et il écrit "local" ! Un peu de chauvinisme ne nuit pas :p C'est un détail qui me plaît beaucoup.
J'ai aussi aimé les personnages. Dans une enquête "locale", ils sont des "monsieurs et madame tout le monde", c'est assez réèl en fait. Pas des "supers flics" mais des professionnels avec leur vie perso et leurs problèmes... Assez classique mais parfaits dans le décor !
Et puis il y a le final...
Explosif !
D'ailleurs, je trouve que Mr Gilles Caillot excelle dans l'art de clore ses romans ! Bravo, c'est inattendu et surprenant.
Seul bémol, et ce n'est qu'un avis très personnel, durant cette enquête je n'ai pas été emballée par l'exploration virtuelle dans un jeu en ligne. Mais ce n'est que parce que je ne suis pas adepte des jeux vidéos ! Car il faut bien admettre que c'est très original, je ne me doutais même pas de l'existence de telles choses ! Et malgré que je ne sois pas attirée par cela, j'ai été surfer sur le net pour constater que cela existe: un monde virtuel parallèle où l'on peut se créer sa propre identité et une nouvelle vie !!! Incroyable !

En bref, un très bon thriller par un auteur qui mérite de percer parmi les stars du genre !

lundi 17 février 2014

Docteur Sleep de Stephen King


Danny Torrance a grandi. Ses démons aussi... Hanté par l'idée qu'il aurait pu hériter des pulsions meurtrières de son père Jack, Dan Torrance n'a jamais pu oublier le cauchemar de l'Hôtel Overlook. Trente ans plus tard, devenu aide-soignant dans un hospice du New Hampshire, il utilise ses pouvoirs surnaturels pour apaiser les mourants, gagnant ainsi le surnom de "Docteur Sleep", Docteur Sommeil. La rencontre avec Abra Stone, une gamine douée d'un shining phénoménal, va réveiller les démons de Dan, l'obligeant à se battre pour protéger Abra et sauver son âme... 



MON AVIS:


Je dois avouer ma honte: je n'ai pas lu Shinning ("shame on me !!!" Par contre j'ai vu le film, donc j'ai une petite idée du sujet !)

Autant le dire tout se suite: Docteur Sleep m'a donné trèèèèèès envie de remédier à cela !

Déjà, avec 22/11/63, j'avais passé des heures de lecture purement sensationnelles, mais alors là, on est encore un cran au-dessus !

Du très grand King ! Un roman d'horreur extraordinaire, très réussi. Danny Torrance a bien grandi, ses pouvoirs sont toujours là... Ses démons aussi...
Il va les combattre avec courage... Et les enfermer dans une boîte très spéciale...
Et puis il y a Abra... La gentille petite Abra qui a du bien faire flipper ses parents quand on y réfléchit !!!! Elle en fait des trucs surnaturels avec ses pouvoirs ! Elle est encore plus puissante que Danny...

Et puis surtout, il y a le Noeud Vrai...
Des méchants très méchants...
Des êtres démoniaques dont la chef, Rose Claque est un cauchemar vivant (je pense encore à la description que King en fait... Mon Dieu comme je serais terrifiée si j'avais lu ça ado !)
D'ailleurs, j'ai compris en refermant le livre que c'est de sa version "présentable" qu'il s'agit sur la couverture, au travers de la "vapeur".....

Quoi qu'il en soit, inutile d'en dire plus:

Vous aimez KING ? Vous allez adorer son Docteur Sleep !!!!